Un week-end surchargé

Nous étions parties entre filles le temps d’un week-end toutes les 4 en camping dans un village proche du bordure de mer.

Nous sommes arrivées le samedi midi, et avons posé notre campement : trois tentes en tout, 2 pour dormir et une pour mettre toutes nos affaires. Il nous a fallu une partie de l’après-midi pour monter nos tentes et nous installer, et comme, le soir même était organisé un bal, la fin d’après-midi fut consacrée aux douches, et préparation pour notre soirée.

Pour ce samedi soir, j’optais pour une robe simple mais jolie, blanche, légèrement évasée et plutôt courte. Un string complétait ma tenue. Mes copines étaient habillées à peu près dans le même style, et une fois prêtes, nous nous sommes dirigées vers la salle des fêtes à seulement 5 minutes à pied du camping. Beaucoup de regards nous suivaient, il faut l’avouer ! Nous n’étions pas peu fières de notre allure, et comptions bien nous amuser un peu durant notre week-end, à commencer par ce soir !

Dans la salle des fêtes, peu de groupes dansaient déjà, il était encore tôt dans la soirée, et beaucoup devaient encore être à table. Nous en profitâmes pour boire un verre et manger un sandwich vendu sur place. Très rapidement, nous avons remarqué un groupe de garçons, probablement guère plus âgés que nous. Ils étaient 5.. Cela posait un problème puisque nous n’étions que 4.. Leurs regards se tournaient régulièrement vers nous, et nous faisions de même. L’un d’eux, brun, me plaisait déjà beaucoup. Un autre, assez grand, blond, semblait « mener » le groupe.

Nos sandwichs avalés, nous avons investis la piste de danse pratiquement vide et avons commencé à nous dandiner sur des airs du moment. On ne voyait que nous, et beaucoup d’hommes avaient les yeux rivés sur nous, chaque pas de danse montrant un peu mieux nos jambes, voir nos fesses parfois. J’imagine que certains ont du repérer mon string blanc puisque ma robe était vraiment courte, surtout pour danser..

Le groupe de garçons s’était retourné pour mieux nous observer, puis ils se décidèrent enfin à nous rejoindre. Ma copine Gisèle fut très vite entourée par le beau brun que j’avais remarqué, alors que le « meneur » me tournait autour. L’un d’entre eux était resté au bar, et nous regardait danser.

J’appris donc que mon cavalier blond s’appelait Cédric, et que le beau brun de ma copine s’appelait Brice. J’aurais préféré un échange, mais ma copine semblait vraiment intéressée par Brice, je les laissais donc faire connaissance, pendant que je dansais avec Cédric.

Très rapidement, nos danses furent de plus en plus rapprochées, et Cédric se colla contre moi, les mains dans mon dos puis rapidement sur mes fesses. La danse ne s’y prêtait pourtant pas, mais comme si ça avait été un slow, ses hanches suivaient les miennes, et sa bouche se rapprochait de la mienne. Il m’embrassa goulûment tout en me pelotant les fesses. Je jetais un oeil sur mes compagnes de vacances, et chacune avec un cavalier, à un stade plus ou moins avancé de rapprochement, elles semblaient s’amuser.

Cédric me prit par la main à la fin de la chanson et m’attira à l’extérieur. Je protestais car mes copines allaient me chercher.. J’allais donc prévenir Gisèle que nous allions faire un tour, qu’elles ne s’inquiètent pas, et que nous allions revenir rapidement.

Je rejoignis Cédric qui m’emmena jusqu’à sa voiture. Il était garé dans le champs voisin, transformé en parking pour l’occasion. Point d’éclairage public pour nous guider, mais Cédric, étant du coin, il avait prévu une lampe torche. Nous rencontrions beaucoup de personnes allant au bal, et certains saluaient Cédric.. Tout le monde se connait dans un village j’imagine..

Cédric s’était garé pratiquement au fond du champs, et plus nous nous en rapprochions, moins nous rencontrions de monde. Une fois montés dans sa voiture, il commença à me peloter les seins tout en m’embrassant. Je n’avais pas mis de soutien-gorge qui se serait vu sous ma robe, ma poitrine était donc très accessible. Il s’en rendit compte très vite, et fit tomber les bretelles de ma robe pour libérer mes seins de l’étoffe de tissu. Il les malaxait, les embrassait, jouait avec mes tétons, les mordillait. J’étais pleine de désir et le peu de tissu que comportait mon string était mouillé d’excitation.

Je ne restais pas les bras croisés, et mes mains commençaient déjà à déboutonner son jeans. Je m’aperçus qu’il bandait déjà, et sans le déshabiller, je libérais sa verge qui semblait vraiment à l’étroit dans son caleçon ! Ma main emprisonna son pénis pour quelques va et vient, qu’il accueillit avec un soupir de satisfaction.

A son tour, sa main trouva la direction de mon entre-jambe, et mon petit string ne cachant pas grand chose, il se fraya rapidement un chemin entre mes lèvres, puis me pénétra d’un doigt, puis deux. C’était plutôt pas mal, mais j’attendais bien plus !

Je me glissais vers la banquette arrière où nous aurions plus de place pour nous amuser. Il me suivit, et je le poussais gentiment pour venir m’asseoir sur lui. Je guidais de la main sa verge pour qu’il trouve mon orifice, et me reposais sur lui. Je commençais alors mes va et vient, longs, lents, puis plus rapides. Ses mains posées sur mes fesses, il essayait en vain de me faire aller plus vite, mais j’avais envie de m’amuser un peu, d’être maître de son plaisir.

Pourtant, au bout de quelques petites minutes, alors que j’avais accéléré le mouvement, il se crispa, souffla, gémit et se déversa en moi. Je me relevais et repassais à l’avant de la voiture, le laissant reprendre ses esprits. Attrapant un mouchoir, j’essuyais sa semence, ne voulant pas qu’elle me coule sur les jambes d’ici la fin de la soirée !

Cédric, s’étant rhabillé, me demanda avec une pointe d’inquiétude si je prenais la pilule. Je riais en lui répondant que oui, et qu’il était temps de s’en inquiéter ! Par contre, nous aurions pu mettre un préservatif, même si je savais que j’étais clean, je ne savais rien de lui ! Il me rassura et m’indiqua qu’il n’avait pas eu beaucoup de partenaires sexuelles.

Nous sommes retournés au bal et avons retrouvé nos amis. Je captais un sourire entendu entre Brice et Cédric, mais je m’en fichais pas mal.. J’étais là aussi pour mon plaisir ! La soirée se termina en dansant, les garçons ne nous quittant pas d’une semelle. Ils nous raccompagnèrent jusqu’à nos tentes, et Cédric me proposa de passer la nuit avec lui, dans sa voiture.. Pourquoi pas ? Nous avons donc fait marche arrière Cédric et moi, laissant mes copines avec leurs cavaliers d’un soir.

La nuit fût une nuit de baise, où il prit son pied 3 fois, mais où je n’eus aucun orgasme. Il était en effet peu expérimenté, et ne s’occupait guère de mon plaisir.. Il allait falloir remédier à cela si nous devions nous revoir ! Au petit matin, nous nous sommes endormis, chacun sur notre siège, fatigués. Nous avons dormi jusqu’à 11h puis sommes allés au bar du village pour prendre un petit déjeuner. Je rentrais ensuite au camping prendre une douche et me recoucher.

Cédric prit mon numéro de portable en m’affirmant vouloir me revoir avant mon départ (prévu le lundi matin). Je m’en fichais pas mal, j’avais envie de dormir dans l’immédiat ! Je retrouvais mes copines, enfin deux d’entre elles puisque Gisèle s’était elle aussi éclipsée avec Brice. J’allais donc me coucher, et ne rouvrit les yeux qu’à 16h.

Mes copines m’avaient laissé un mot me disant qu’elles étaient parties à la piscine. Le temps de prendre mon maillot de bain et ma serviette, et je les rejoignis.. Un petit bain me fit le plus grand bien, et j’alternais baignade et bronzage sur le bord de la piscine.

Le soir, nous mangeâmes au bar du village qui faisait office de brasserie, puis après une courte balade, nous décidâmes de rentrer car la matinée serait difficile. Au programme, rangement de nos affaires, des tentes et retour à la maison. Au moment où nous reprenions le chemin du camping, je reçu un appel de Cédric, me demandant si je voulais venir le retrouver chez lui, ses parents étant au cinéma en ville pour la soirée. J’acceptais volontiers de le rejoindre, et laissais tomber mes copines encore une fois.

Cédric habitait non loin du camping, et il ne me fallut que 10 minutes de marche pour rejoindre la maison de ses parents. J’étais vêtue d’un short et d’un haut moulant à fines bretelles. Cédric m’accueillit en bermuda, torse nu, le sourire aux lèvres. Une fois la porte franchie et refermée, il me plaqua contre le mur, sa langue vint retrouver la mienne, et ses mains se posèrent sur mes seins. J’ai cru qu’il allait me sauter, là, sur le perron, mais je le repoussais en riant et lui signifiant que je ne resterai pas longtemps car demain nous devions nous lever de bonne heure. Il m’apprit qu’il travaillait toute la semaine, et qu’il devait se lever très tôt aussi..

Il prit ma main et m’attira vers ce que je croyais être sa chambre, mais ce fut la salle de bain. Il avait une idée derrière la tête ! Et je compris rapidement qu’il avait envie que l’on prenne une douche ensemble. Il m’expliqua que c’était une première pour lui, et qu’il avait très envie d’essayer sous l’eau. Je me déshabillais en souriant et entrais la première dans la douche. C’était une grande douche double, avec des jets massant.. C’était vraiment agréable !! Il profita que je lui tournais le dos pour me prendre dans ses bras, mes seins dans les mains, et je sentis son érection sur mes fesses. Je me penchais légèrement en avant tout en écartant les jambes et l’aidait à se guider jusqu’à ce qu’il trouve le chemin de mon vagin. Il prenait sa revanche sur hier, et guidait lui-même le rythme, plutôt rapide et soutenu de ses pénétrations. Cela dura moins de 5 minutes, il ne put me limer plus car un orgasme le secoua. Il râlait, soufflait, et ses gestes plus lents indiquaient que s’en était fini pour le moment.

Après m’être rincée et séchée, je lui demandais où se trouvait sa chambre pour pouvoir emmener mes affaires. Je le suivis jusqu’à son antre, celle d’un jeune homme vivant encore chez ses parents. Un lit d’une place, un petit bureau où trônait un ordinateur, et une armoire où les vêtements étaient jetés sans être pliés. J’étais encore nue, mais lui, avait revêtu son caleçon. Il me fallait lui faire son éducation sexuelle, lui apprendre ce qu’aiment les femmes !

Je l’attirais vers son lit, l’allongeais et baissais son caleçon. Je m’assis d’abord sur son bassin, sa verge ne s’étant pas encore remise au travail, et lui caressais le torse. Je me frottais à lui, mon clitoris en état d’alerte, puis remontais mon bassin et m’asseyais sur sa bouche. Je voulais qu’il essaye de me donner du plaisir et le guidais par la voix.

« Non, écarte un peu mes lèvres, lèche moi tout doucement, n’aspire pas, lèche simplement.. Cherche avec ta langue ce qui me fait plaisir.. Mets moi un doigt.. Oui, comme ça.. Encore, continue comme ça.. »

Il tâtonnait, avait du mal à trouver mon petit bouton, celui qui me faisait vibrer, n’arrivait pas à me pénétrer d’un doigt et me lécher en même temps.. Je n’arriverais pas à l’orgasme ainsi !! Je l’arrêtais donc, me relevant, le suçant un peu pour réveiller son organe. Son érection ne tarda pas à être correcte, et je pus m’asseoir sur lui. J’entamais maintenant un lent va et vient horizontal, faisant glisser mon clitoris sur son ventre. Mes envies devenaient de plus en plus intenses, et mes mouvements plus rapides, pour atteindre enfin l’orgasme tant attendu ! Mes petits cris ont dû l’exciter au plus haut point car, alors que je ralentissais la cadence le temps de reprendre mes esprits, il éjacula en moi, criant de plaisir.

Seulement 1 heure après mon arrivée, je repartais vers le camping pour prendre une douche et « me coucher tôt ». Nous nous étions dit au revoir, sans plus de cérémonie, ne sachant pas si on se reverrait un jour. Je n’avais pas son numéro de téléphone, et même si je l’avais eu, il ne m’aurait servi à rien.. Ce fut juste un week-end d’apprentissage pour lui, de baise médiocre pour moi. Ce fut aussi l’une des rares fois où je me faisais prendre par un homme blond, j’aurai peut-être dû insister auprès de ma copine pour que j’ai Brice et non Cédric ? 😉

 

Avec mots-clefs , , , , , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>