Un été de canicule (23) – Plaisir avec une jolie garce impudique

<< Prise sue le capot.. et surprise !

 

Nous restions immobiles, Béatrice et moi, plongés dans l’ombre… mon corps la plaquant toujours sur le capot, nous nous trouvions joue contre joue, à fixer avec une certaine stupéfaction la jeune femme… je sentis les lèvres de Béatrice remuer doucement sous mes doigts, elle cherchait à me dire quelque chose…

Je me rendis compte alors que je l’étreignais certainement un peu trop fort, et écartais mes doigts de sa bouche pour la laisser parler.

Elle murmura doucement:
– Eh bien… quand je pense à la façon dont cette petite garce arrogante se comporte lors des réunions de copropriétaires… dit Béatrice à proximité de mon oreille… elle qui considère toujours les autres comme de la crotte… moi compris… tout ça parce qu’elle est bien foutue et qu’elle a un boulot de consultante dans une boîte prestigieuse…

La jeune femme était en effet « bien foutue », même si nous ne la voyions que de presque profil, toujours accroupie, et maintenant appuyée contre le mur: une peau claire qui contrastait avec le carré de sa chevelure dont le noir paraissant cependant par contraste un peu dur et sévère…

Des sourcils bien dessinés, un joli nez volontaire et une bouche charnue, maquillée d’un rouge intense, sexy juste ce qu’il fallait pour s’arrêter avant la limite du vulgaire… de longues jambes galbées (même si je préférais celles un peu plus en chair de Béatrice)…

Son petit tailleur gris était bien coupé, et pendant le temps qu’elle avait porté sa jupe – désormais retroussée sur le haut de ses cuisses, dévoilant la chair nue jusqu’à la lisière de ses bas- j’avais pu voir que celle-ci moulait joliment une croupe qui semblait bien ferme sous la cambrure des reins…

Un peu de perplexité m’envahit en la voyant restant ainsi immobile… elle se tenait toujours dans la position où elle s’était soulagée, mais s’était adossée au mur, et son regard semblait un peu perdu dans le vague. Elle donnait l’impression de reprendre son souffle… sa culotte noire tombée sur le sol reposait à proximité de son élégant stiletto noir verni…

Ses cuisses étaient toujours écartées d’un angle relativement ouvert, mais comme nous la voyions presque de profil, son sexe nous était masqué par sa jambe…

Je me demandais avec curiosité si j’avais été victime de le brièveté du moment qui m’avait donné l’impression que sa peau était nue là où Béatrice possédait une jolie toison fournie que j’aimais caresser: l’éclairage était pourtant bon, mais la lumière blanche possédait une dureté un peu froide qui renforçait le sentiment d’irréalité de la scène…

Je commençai à me demander combien de temps nous allions devoir rester ainsi dissimulés, lorsqu’un léger gémissement sortit des lèvres de la belle… je remarquai alors que l’une des ses mains s’était lentement dirigée vers l’espace ouvert entre ses cuisses gainées de ses bas…

Le jolie consultante s’interrompit d’un coup et jeta un coup d’oeil hâtif à droite et à gauche… elle était relativement bien dissimulée là où elle se trouvait, masquée par sa propre voiture. Personne ne pouvait approcher, que ce soit en voiture où à pied sans qu’elle n’en soit avertie. C’était uniquement le concours de circonstance qui faisait que nous nous étions dissimulés peu de temps avant son arrivée.

Jolie brune qui se doigte - photo offerte par BabesRassurée par son inspection superficielle, elle ferma les yeux et bascula la tête vers le mur, arquant sa nuque fine vers l’arrière, lèvres entrouvertes… ses longues jambes furent parcourues d’un tremblement prolongé, et nous vîmes s’initier un léger mouvement régulier de son avant-bras qui trahissait l’activité de sa main dissimulée à nos yeux…

J’eus soudainement l’impression que la température était montée de plusieurs degrés, et repris conscience de la position où je me tenais sur Béatrice… les petits soupirs cadencés de la jolie jeune femme étaient discrets, mais ils parvenaient sans difficulté à nos oreilles, réverbérés sur le sol et les murs durs…

Je sentis mon sexe, qui avait partiellement perdu sa raideur lorsque nous cherchions à nous dissimuler, reprendre toute sa vigueur au contact de la croupe de Béatrice, qui semblait elle-même aussi stupéfaite que captivée par le spectacle…

L’envie était trop forte… je la bâillonnais à nouveau pour étouffer un éventuel cri de surprise, et saisissant mon membre , je le guidais vers la chatte de Béatrice au fond de laquelle ma main avait plongé si profondément quelques minutes auparavant, et que j’imaginais entrouverte, humide et chaude…

J’avais oublié le string qui revenu en place, me gênait. Mais Béatrice était manifestement dans les mêmes dispositions que moi, et elle se hâta d’écarter la fine bande de tissu et d’accompagner mon membre en elle pour me faire entrer au plus vite…

Je sentis la chaleur du souffle de mon amante, exhalé sur ma paume lorsque mon membre la pénétra jusqu’à la garde… je commençai alors à aller et venir en elle, sur un rythme très lent, proche de celui que nous pouvions contempler sur le corps de la jeune femme: ses cuisses écartées battaient doucement, telle des ailes blanches aux reflets satinés…

Elle laissait échapper de discrets gémissements, entre ses lèvres entrouvertes, tandis que peu à peu, son buste s’arquait, faisant saillir une poitrine discrète sous le chemisier… mais manifestement sensible, à la vivacité avec laquelle sa main se porta à ses seins pour les caresser…

Je ne cherchai pas à aller trop vite… ajouté à l’excitation que j’avais déjà à faire l’amour à Béatrice dans les circonstances initiales, le spectacle dont où étions les deux voyeurs, complices décuplait la vigueur de mon érection… j’avais l’impression que mon sexe était porté à l’incandescence, gonflé, dilatant Béatrice encore plus que je ne l’avais fait de mes doigts…

Elle-même semblait également tirer une excitation supplémentaire du tableau que sa voisine nous offrait: elle avait replié ses avant-bras sous son menton pour mieux maintenir sa tête orientée dans la direction de la jeune femme, et sa respiration s’était calquée sur le rythme des mouvements de la jeune femme…

Douces caresses entre un homme et une femme - photo offerte par BabesNous retenions l’un et l’autre nos gémissements, qui filtraient à peine, étouffés… mais la voisine de Béatrice n’était probablement pas en mesure de les percevoir: si elle se montrait elle aussi assez discrète, ses petits cris étaient plus intenses que les nôtres, et l’empêchaient probablement de distinguer le bruit de notre étreinte…

Je sentis soudain la langue de Béatrice qui léchait mes doigts… je me rappelai alors que je l’avais bâillonnée de ma main encore poisseuse de sa cyprine… pour lui laisser assouvir sa gourmandise, je glissai alors deux de mes doigts dans sa bouche… elle les aspira aussitôt, avec une ardeur telle qu’on aurait pu croire qu’elle suçait mon sexe enduit de sa liqueur…

Soudain, la jolie consultante poussa un cri plus aigu et fut secouée par un bref frisson, mais ne s’interrompit cependant pas… sa tête se balançait de droite et de gauche, en cadence, faisant voler son carré… les mouvements de son bras se faisaient plus rapides, plus vigoureux…

Excité par elle, par la succion de Béatrice sur mes doigts, son corps pénétré par moi, plaqué au capot de la voiture, j’arrivai à infiltrer ma main entre le capot et sa poitrine.

Elle se souleva légèrement pour me laisser atteindre ce que je cherchai: son téton était dur entre mes doigts… il formait presque une pointe dressée sur son sein… le gémissement de Béatrice, à demi-étouffé par ma main fut plus bruyant, mais il fut à nouveau masqué par le petit cri aigu que poussa au même instant sa voisine en se cabrant contre le mur…

 

Jouissance simultanée >>

Avec mots-clefs , , , , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

2 réactions à Un été de canicule (23) – Plaisir avec une jolie garce impudique

  1. Pingback:Un été de canicule (24) – Jouissance simultanée - Jolie coquine

  2. Pingback:Un été de canicule (22) – Prise sur le capot… et surprise! - Jolie coquine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>