Les joueurs de cartes – Acte I

L’été dernier, un couple d’amis est venu passer quelques jours en vacances chez nous. Nous nous voyons peu, la distance n’aidant pas, mais correspondons régulièrement et aimons nous retrouver de temps en temps, pour passer un bon moment.

Ce soir là, comme souvent lorsque nous nous retrouvons, nous avons sorti les cartes, et commencé une partie de tarot. Les discussions allaient bon train, comme à l’accoutumée, seulement, ce soir là, la conversation pris un tournant totalement inattendu.

Alors que nous parlions cuisine, nous avons bifurqués sur le fantasme de la femme nue sous son tablier, préparant un succulent dîner pour son amant.. Pourquoi nous en sommes arrivés à parler de cela, je ne saurai le dire !

Une idée en entrainant une autre, quelques remarques légères tout en poursuivant notre partie de tarot, venant de mon mari, Brad, sur notre amie Sandrine, et ses jolies formes, qu’il pouvait imaginer très facilement nue sous un tablier. Ou encore, notre ami, Greg, qui me complimente pour mon décolleté, mettant mes seins généreux en valeur.

Déjà, je commençais à sentir la chaleur dans la pièce monter d’un cran, et ma culotte se mouiller légèrement.

Mon mari, comme pour me prouver que son désir pour moi restait intact, me massait discrètement la jambe de sa main chaude, dérapant vers mon entre-jambe.. J’aurai aimé être en robe ce soir là !!

Mon amie, Sandrine, les joues légèrement rouges, nous regardait tour à tour, scrutant les réactions de son mari, les miennes et envoyant des regards de désir à mon homme.

Son regard se posa ensuite sur moi, et d’une voix douce, elle nous avoua son désir de faire l’amour avec une femme.. ou plutôt avec moi, que ma peau, mes seins, mes formes, tout l’attirait en moi. Ses mains, comme pour prouver ses dires, caressaient légèrement les cartes.

 

Ses paroles raisonnaient en moi, j’imaginais déjà ses mains si douces caressant ma peau, sa langue posée sur mon téton, sa bouche tétant mon sein, ses doigts pénétrer mon vagin.. à moins que.. mon esprit en ébullition, les idées fusaient !

J’entrepris de lui répondre, tout en soulevant le fait que je n’aimerai pas laisser nos hommes de côté, qu’il serait tellement plus agréable qu’ils soient présents eux aussi..

Mon envie ne cessait de grandir, et la partie de carte ne m’intéressait plus du tout, je n’arrivais plus à suivre !

Pour reprendre un peu mes esprits, je proposais à la tablée une tournée de rafraichissement et vite, je me levais de la table de jeu pour aller chercher des verres, du sirop et de l’eau sortant du réfrigérateur.

La partie de carte interrompue par mon départ, je retrouvais nos deux amis, lui, massant la nuque de sa femme, et mon mari, les regardant en souriant.

Une fois le plateau posée sur table, mon mari m’attrapa et m’embrassa fougueusement.

La partie de carte pu reprendre, mais bientôt, nous nous arrêtions, prétextant la fatigue, pour rejoindre nos chambres respectives.

Nous avons pour habitude de se faire une bise avant d’aller dormir, mais ce soir là, les « embrassades » furent un peu différentes.

Sandrine s’approcha de mon homme, les deux mains autour de son cou, et l’embrassa sur chaque joue, très doucement. Mon mari posa ses mains sur ses hanches, et lui caressa le dos, les reins, et remonta dans ses cheveux, sa nuque. Cette scène sembla durer une heure, une journée, une éternité, leurs caresses ne cessaient, leurs bouches se rapprochaient..

Je m’approchais de Greg, pour lui souhaiter à mon tour une bonne nuit, un peu stupéfiée par la sensualité des rapports entre mon mari et Sandrine. Ma bise fut douce et je murmurai à son oreille un « bonne nuit » très suggestif.. Greg me prit à son tour dans ses bras, son corps raidi par le désir, je sentais son souffle dans mon cou, sa bouche se poser sur ma joue, rouler jusqu’à mon oreille, pour m’attraper très doucement le lobe de sa langue et me souhaiter, à son tour, une bonne nuit. Ses lèvres étaient chaudes, son corps, si près de moi, je sentais son pénis au travers de son short, tout contre moi..

Puis j’empoignai gentiment la main de mon mari, souris à nos hôtes, et l’emmena jusque dans notre chambre.

Mon mari me déshabilla très vite, et je m’aperçus que son désir était encore plus important que tout à l’heure.

Tout son corps frémissait d’envie, chacun de ses gestes montrait son impatience.

Il prit le temps de se déshabiller, de m’embrasser puis me demanda de me mettre à quatre pattes sur le lit. Ainsi, il me pénétra sans difficultés, et commença un rapide va et vient, violent et profond.

La rapidité avec laquelle nous fîmes l’amour nous montra combien la soirée avait été éprouvante, érotique, et plaisante.

Ils étaient encore chez nous pour quelques jours, j’avais tellement d’interrogations, savoir comment allions-nous réagir demain matin, et demain soir ?

Savoir si tout cela n’avait pas été qu’un jeu pour eux ?

Savoir si ils avaient eu autant de désirs que nous ?

Les joueurs de cartes – Acte II

Réveil dans un grand lit vide

Un king size en plus… et elle était toute seule..

Seule pour la nuit, seule au réveil, seule dans sa frustration. Elle n’avait personne de régulier dans sa vie, personne pour la réveiller avec de petits bisous, ou avec la bonne odeur d’un café qu’on pourrait lui apporter au lit.

Elle était jolie pourtant, on le lui disait souvent, on la remarquait aussi. Au restaurant, en boite de nuit, dans la rue, combien d’hommes se retournaient sur son passage, combien de femmes la regardaient admiratives ou jalouses, et pourtant, elle se réveillait encore une fois seule.

Elle ne travaillait pas aujourd’hui, un jour de repos dans la semaine en plus du dimanche.. elle pouvait rester au lit si elle le voulait, mais dans ce grand lit, vide, pourquoi vouloir y rester ?

le réveil de la belle - photo offerte par Joymii
Elle était nue, comme toujours dans son lit, car elle aimait le contact des draps sur sa peau, elle aimait glisser les draps entre ses jambes, elle aimait imaginer qu’un homme pourrait la regarder dormir, la caresser, se presser contre elle, l’imaginer en érection derrière elle, la désirant.

Sa nudité faisait monter le désir, son ordinateur était un remède à sa solitude. Les vidéos glamour qu’elle matait avec délectation, les récits érotiques qu’elle écrivait pour son plaisir et celui de quelques lecteurs, c’était pendant ses jours de congés qu’elle écrivait le plus, et aussi qu’elle prenait le plus de plaisir.. en solitaire..

Ce matin là, elle s’était réveillée en douceur, son rêve érotique n’ayant pas eu le temps de se terminer. L’ordinateur portable, toujours à portée de main, lui permit de mettre aussitôt par écrit ce qu’elle venait de vivre en rêve.

 


masturbation devant une vidéo - photo offerte par Joymii
Comme toujours, après avoir écrit un récit, et encore plus après un rêve érotique, elle était toute mouillée, la main caressant son pubis, glissant entre ses lèvres, cherchant un peu de semence pour humidifier son clitoris. Elle avait lancé une vidéo.. Quel plaisir depuis qu’elle avait pris son abonnement, les scènes étaient agréables, érotiques, le porno glamour comme elle l’aimait !

 

Son ordinateur posé à côté d’elle, elle ne quittait pas l’écran du regard, et s’imaginait à la place de la belle femme. Il pourrait la pénétrer aussi bien tellement elle mouillait, elle était aussi souple que la femme dans la vidéo, il aurait pu la prendre de la même façon !

D’une main, elle chercha dans le tiroir de son chevet son accessoire préféré, un petit gode à relief pour des sensations démultipliées ! Elle aurait préféré être accompagnée d’un homme, mais étant seule, son petit jouet faisait des merveilles.. Écartant légèrement ses lèvres, elle fraya un passage pour son gode. Quelle sensation ! Les picots accentuent le plaisir, elle sent les contractions de son vagin devenir plus intenses. D’une main, elle manie son jouet alors que l’autre main caresse sa poitrine.


Masturbation avec un gode à picots - photo offerte par Joymii
Elle poursuivit ses caresses, encore et encore, la vidéo continuant de défiler sous ses yeux. Elle voudrait faire de la photo, voir de la vidéo, du porno glamour, comme ces acteurs. Prenaient-ils réellement leur pied ?

Elle avait souvent, très souvent, (trop souvent ?) envie de sexe, envie d’un homme ou d’une femme. Elle voulait être comme eux, faire comme eux, pouvoir se donner à l’autre sans complexe, faire monter le désir de ceux qui regardent, comme elle le fait en écrivant ses textes. Mais elle voulait plus encore, de la photo et de la vidéo, pouvoir s’éclater tout en gagnant de l’argent. Elle allait faire des castings en espérant décrocher des boulots dans ce milieu.. Rien que d’y penser.. Sa main n’était plus sur son sein mais sur son petit bouton, qu’elle frictionnait avec rapidité, et bientôt elle jouit en criant, seule dans son lit, devant une vidéo…

 

 

 

Au bord du lac – Acte 3

<< Au bord du lac – Acte 2

Je m’étais promis de ne pas retomber amoureuse avant de ne m’être amusée, d’avoir profité de ma jeunesse, de mes années d’étudiante, d’avoir « essayé » plusieurs hommes, mais avec lui, quelle relation allions-nous pouvoir avoir ?

Milles questions restaient pour le moment sans réponse, parce que c’était lui, et pas un autre. J’ai cédé à une impulsion, j’en ai profité, j’ai eu du plaisir, beaucoup de plaisir, et lui aussi, il me semble.. Profitons juste de cet instant, il sera temps de voir ce que donne cette relation par la suite !

 

Notre pause déjeuner se termina plutôt calmement, comme si rien ne s’était passé. J’avais repassé mon bas de maillot de bain, et réajusté mon soutien gorge, le temps de sécher complètement. Nous restions allongés sur la plage, à discuter de tout et de rien, mais sans revenir sur ce qui s’était passé et sans parler de l’avenir.

Une fois secs, nous avons revêtu nos habits et rassemblé nos affaires. Il nous fallait retourner à la fac pour un cours du soir. Dans la voiture, je fis marcher la radio, et nous ne disions rien : j’étais un peu fatiguée, et ses traits tirés montraient que lui aussi. Il était probable que nous aurions du mal à suivre ce cours..

La journée se termina ainsi, bien que devant les copains, nous faisions en sorte d’être « comme avant », une sorte de gêne régnait entre nous lorsque nous étions tous les deux. Cela dura les jours suivants, mais jamais nous n’avons reparlé de ce fameux après-midi.. Pourtant, j’y pensais chaque jour, et chaque nuit aussi.

 

Le soir, lorsque je me retrouvais seule dans ma petite chambre d’étudiante, je replongeais dans le lac, dansant autour de lui, ou encore sur la plage, assise sur sa bouche..

Ma main se dirigeait droit vers mon entre-jambe, sur ma culotte, puis, se glissait en dessous. Je sentais les doigts de Xavier me pénétrer alors que sa langue frottait mon petit bouton.. mon doigt se glissait entre mes lèvres, puis à l’entrée du vagin cherchant un peu de mouille, et remontant vers mon clitoris, faisant des va et vient..

Je me retrouvais allongée sur le dos, la verge de Xavier entre mes jambes, cherchant l’ouverture pour une pénétration profonde.. ma main s’agitait encore plus sur mon clitoris, l’autre guidant mon gode pour satisfaire mes envies..

Ses gestes étaient plus lents, plus profonds, puis saccadés, son corps secoué par des secousses violentes, il venait d’avoir un orgasme..  Mon corps se contractait, immobilisant le gode dans mon vagin secoué de spasmes, ma main ralentissant ses caresses sur mon clitoris, j’avais eu aussi un orgasme…

Chaque soir, Xavier revenait en moi dans ma chambre, en rêve, et chaque soir, j’avais un orgasme en pensant à lui. Et pourtant, chaque jour, je le voyais et faisais comme si de rien n’était ! Je n’arrivais pas à lire en lui, à savoir ce qu’il pensait, pourtant je le regardais souvent à la dérobée, je l’observais. Je l’avais surpris une fois ou deux à faire de même, il me regardait, me détaillait, mais jamais il ne m’en a reparlé.

 

Vendredi soir approchait et une soirée était prévue. J’attendais le week-end avec impatience, et notamment cette soirée pour que je puisse peut-être me trouver un charmant jeune homme pour me distraire. Je séchais les cours de fin d’après-midi pour avoir le temps de me préparer : j’avais envie d’un bain, un long bain chaud pour me détendre.

Le temps que la baignoire ne se remplisse (luxe extrême de ma chambre d’étudiante de 9m², j’avais une « grande salle de bain avec baignoire !! »), je préparais mes habits : un petit short blanc et un dos nu blanc également. Je cherchais dans mon tiroir un string blanc en tissu transparent pour qu’il ne se voit pas sous mon short. Je prévoyais tout de même un gilet au cas où le temps se rafraîchirait, dans la nuit ou au petit matin.

 

Seule dans sa salle de bain – vidéo HD offerte par Joymii

 

Je me glissais dans le bain avec envie, l’eau étant parfumée et une musique douce en bruit de fond venant de la chambre.. Tout était parfait pour que je me détende ! J’étais si détendue que je repartais une nouvelle fois sur la plage, au bord du lac avec Xavier.

Ses mains sur mes fesses, dans l’eau, fixaient le rythme de notre danse, et je sentais sa caresse sur ma peau, malgré l’eau. Nos bouches ne se quittaient plus, nos langues semblaient liées, en fusion, comme nos deux corps. Sa bouche me quittait un instant pour titiller mon sein, mordiller mon téton puis revenait retrouver ma langue.. Mon index tournait autour de mon téton, le malaxant, le pinçant légèrement, j’allais d’un sein à l’autre, du bout du doigt ou du creux de la paume faire bander mes seins. J’avais l’impression que sa langue ne quittait plus mes tétons, il me suçait, me léchait, m’embrassait de nouveau. J’avais chaud, très chaud dans mon bain, mon autre main avait de nouveau pris place entre mes jambes, et je me masturbais ardemment en imaginant Xavier avec moi dans ce bain, jouant avec mes tétons, mon petit bouton, ses doigts me pénétrant puis… tout tourna autour de moi, dans un gémissement j’arrêtais mes caresses. Mon imaginaire m’avait rattrapé, Xavier m’avait pénétré en rêve et j’avais eu un orgasme des plus réels.

 

En sortant de mon bain,je me séchais et m’habillais l’esprit ailleurs.. J’espérais sincèrement rencontrer un homme ce soir me permettant d’oublier Xavier et notre partie de sexe au lac.. Je n’en pouvais plus de sentir la chaleur m’envahir dès que je pensais à cet après-midi, sentir mes seins pointer, mon antre s’humidifier. Oui, ce soir, il fallait que je trouve un homme pour la nuit, ou encore mieux pour le week-end pour 48h au lit, cela m’aiderait à passer à autre chose !

Je m’observais dans le miroir : mes seins n’étaient pas bien gros, c’est vrai, mais mignons, bien ronds et fermes, mon corps était harmonieux, je n’étais pas un mannequin, mais ce short m’allait plutôt bien, et mettait mes fesses en valeur. J’espérais avoir beaucoup de regards tournés vers moi ce soir !

A peine arrivée à la soirée, je retrouvais « les copains » et Xavier. Ils étaient là depuis un petit moment et semblaient dans l’ambiance. Max siffla en me voyant, me prit la main et me fit tourner sur moi-même, cela me fit rire. Du coup, tout le monde s’était retourné vers nous et nous regardait.. Quelle entrée ! je n’en demandais pas tant !

Max me fit un petit baiser sur la joue, et m’indiqua que j’étais très sexy ce soir. Xavier s’était rapproché de nous, et me tendit un verre que je prenais avec empressement, lui faisant une bise au passage. Les conversations reprenaient, et je pus faire mon petit tour tranquillement pour dire bonjour. Je profitais de ce moment pour repérer quelques beaux garçons, bien bâtis et seuls.

L’un d’entre eux semblait s’intéresser un peu plus à moi puisqu’il me suivait du regard. Je m’approchais donc de lui et me présentais. Il sentait bon, un déodorant pour homme que j’apprécie beaucoup, il devait être sorti de la douche tout récemment… Il était grand, de presque deux têtes de plus que moi, brun, déjà bronzé malgré la saison, et avec une forte musculature. Je lançais la conversation sur les salles de musculation, imaginant qu’il y passait du temps, et car je connaissais un peu les salles du coin les ayant essayées pour conserver un peu de muscle. Je tapais dans le mille, et bientôt, nous nous retrouvions au bord de la piscine, un verre à la main, à discuter.. J’appris ainsi qu’il était venu seul, invité par son cousin chez qui il était venu pour une semaine, et qui allait de groupe en groupe, connaissant tout le monde. Il n’était pas du coin, et je lui proposais de lui faire découvrir la salle où j’avais jeté mon dévolu, celle-ci ayant des machines très récentes, et bien entretenues.

Du coin de l’oeil, j’avais vu notre bande de copains se mettre à danser, et Xavier se trémoussait avec une petite blonde que je ne connaissais pas. Il avait à plusieurs reprises regardé vers nous, et était même venu nous dire qu’il y avait de quoi manger si on le voulait. Une pointe de jalousie m’avait prise le voyant avec sa nouvelle conquête, mais je ne montrais rien et m’intéressais de nouveau à mon compagnon du soir qui s’appelait Sean.

Je lui demandais, innocemment si il dormait chez son cousin, et comment il ferait si son cousin rentrait avec une copine. Il se mit à rire, et m’avoua qu’il craignait de devoir dormir à la belle étoile dans le jardin, si le cas se présentait… Le regardant dans les yeux, je l’invitais à dormir chez moi, afin qu’il ne passe pas la nuit dehors, son cousin étant déjà fort avancé dans son approche avec une de mes copines.

Sean suivit mon regard, et s’aperçut que son cousin était avec une fille, de l’autre côté de la piscine, la pelotant ouvertement.. Il ne lui fallut que peu de temps pour comprendre qu’il serait à la porte pour la nuit et que ma proposition pouvait être intéressante…

 

Au bord du lac – Acte 4  >>