Sur la route des vacances..

..Bien méritées, il faut l’avouer ! Ils n’avaient pas cessé de travailler depuis le nouvel an, cela faisait donc plus de six mois qu’ils n’avaient pas pris de vacances.. Ils allaient pouvoir en profiter, d’autant qu’ils avaient, l’un comme l’autre posé trois semaines, qu’ils passeraient dans une jolie maison avec piscine, non loin de la mer.

En contre-partie, ils avaient encore 900 kilomètres à parcourir en voiture, sous un soleil d’été. Ils étaient partis tardivement, les derniers préparatifs ayant pris du temps, et la chaleur avait déjà envahi l’habitacle de la voiture, malgré la climatisation réglée à 20°C.

Elle s’était habillée en décontracté, sachant que le voyage serait long et chaud : un short court, des ballerines et un débardeur. Elle n’avait même pas mis de soutien-gorge, supportant mal d’en porter alors qu’il faisait si chaud à 10 heures du matin, lorsqu’ils avaient pris la route. Il n’était guère plus habillé puisqu’il portait un pantacourt, des claquettes, et un tee-shirt.

Cela faisait plus de 3 heures qu’ils roulaient, s’étant seulement arrêtés pour manger un sandwich et boire un café, mais ils semblaient ne pas s’en rendre compte, totalement absorbés par leur conversation. La radio était pourtant branchée, mais en sourdine.

Tour à tour, elle souriait, rougissait, le regardait, gourmande, et lui, quittant la route des yeux un instant, regardait furtivement vers elle, un demi-sourire sur les lèvres. Ils n’avaient pas changé de sujet de conversation depuis leur départ, et savaient qu’ils en parleraient encore pendant plusieurs dizaines de kilomètres !

Il aimait la façon dont elle accueillait ses propos, mais aussi sa façon de rougir en imaginant les choses telles qu’il les lui présentait, sa façon aussi de l’approuver.. Il lui avait parlé de leur relation, de leur couple, de leur vie sexuelle.. Il lui avait parlé de ses envies, de ses fantasmes, comme par exemple celui de la voir se donner à un autre homme. Elle avait accueilli ce fantasme en rougissant, puis, ils en avaient parlé, il lui avait précisé les choses. Elle avait aimé ce qu’il lui racontait, elle sentait le désir monter, et l’envie d’arriver pour se jeter sur lui avait été de plus en plus pressante..

Il continuait à lui parler, observant ses réactions. Elle ne pouvait plus attendre, mais ils étaient coincés dans cette maudite voiture, sur l’autoroute des vacances, vacances qui se promettaient d’être chaudes, très chaudes…

Découvrant ses seins cachés par le tissu presque transparent, elle s’en empara à pleines mains, l’une ne s’attardant pas et descendant jusqu’à son pubis. Ouvrant prestement son short, elle glissa ses doigts à l’entrée de son sexe, pour les humidifier légèrement. Commença alors une série de va-et-vient de ses doigts sur son petit bouton fort gonflé par le désir.

Son homme lui jetait de brefs coups d’oeil, des lueurs d’envie dans les yeux. Il s’était tu, la laissant seule à ses caresses, ne pouvant quitter la route des yeux ni lâcher le volant des mains. Elle se masturbait à côté de lui, à la vue des autres automobilistes, et semblait s’en ficher ! L’un d’eux, alors qu’ils doublaient sa voiture, tourna la tête vers eux. Il était certain qu’il avait vu les seins de sa femme et les caresses qu’elle leur prodiguait.. D’ailleurs, cet automobiliste les a doublé à nouveau, pour se rabattre sur leur droite à quelques mètres devant eux et tourner à nouveau la tête vers leur véhicule lorsqu’ils le dépassèrent à nouveau. Le voyeur accélérait légèrement, pour prolonger un peu ce spectacle inattendu et agréable pour les yeux.

Lui sentait son sexe grandir dans son caleçon, déjà excité par leur conversation, et maintenant encore plus par les gestes de sa femme, et par cette situation inédite.

 

Masturbation d'une jolie blonde - Photo offerte par JoymiiIl voyait ses seins, les tétons dressés. Elle avait les yeux mi-clos, la bouche légèrement entrouverte, le souffle plus rapide qu’à l’accoutumé. Ses gestes étaient précis, elle savait ce qu’elle voulait, ce dont elle avait envie. D’une main, elle caressait son sein, frôlait son téton, tournait autour, formant de petits cercles sur son mamelon, et de l’autre, elle se branlait, allant jusqu’à pénétrer ses deux doigts puis les ressortant aussitôt, laissant une trace humide sur leur passage. Les jambes écartées, elle avait un accès facile à son clitoris, et le mouvement de va-et-vient était de plus en plus rythmé. Des petits gémissements sortaient de sa bouche, montrant le plaisir évident qu’elle prenait, et permettant à son compagnon de participer, même passivement à son plaisir.. Les gestes devinrent plus rapides, puis plus saccadés, en même temps qu’un cri plus fort, plus appuyé sortait de sa bouche. Sa main s’était crispée sur son sein, laissant juste le téton sortir entre son index et son majeur. L’autre main cessa presque instantanément ses caresses et ressortit de sa culotte et son short.. Elle ouvrit les yeux, et dans un soupir de plaisir, elle reprit place en voiture, près de son compagnon.

Il était heureux d’avoir assisté à cela, pour la première fois, avec elle, avec une femme. Il n’avait jamais vu une femme se masturber, l’entendre prendre du plaisir, voir sa main caresser son sein, il en était tout excité. Son sexe tirait maintenant dans ses vêtements devenus trop étroit, il n’était plus à l’aise, il avait envie, très envie d’elle.

Fort heureusement, ils venaient de passer un panneau indiquant une aire de repos : plus que 2 kilomètres.. il lui fallait s’arrêter, reprendre ses esprits, se détendre un peu. Elle venait de se remettre de ses émotions, et refermait le bouton de son short dans un sourire, ses seins ayant déjà retrouvés leur prison de tissu.

Il était heureux de pouvoir couper le moteur, il avait trouvé une place à l’ombre en prime ! L’air d’autoroute était pratiquement déserte et seul un routier et un autre automobiliste étaient garés un peu plus loin. Détachant sa ceinture de sécurité, il allait descendre quand elle le retint en posant sa main sur sa cuisse.

Elle n’avait aucune envie de le laisser débander et voulait lui faire comprendre au plus vite, avant qu’il ne descende de voiture ! D’un bref coup d’oeil autour d’eux en arrivant lui avait confirmé qu’ils seraient tranquilles, ou tout du moins, qu’ils avaient peu de risques d’être dérangés. Elle dirigea sa main vers la bosse formée par son érection, retenue par le tissu de son boxer et de son pantacourt. Elle semblait vouloir le branler au travers de ses vêtements, mais au bout de quelques caresses, elle enleva la barrière de tissu et permit à cette verge de jaillir en dehors de son carcan.

 

Fellation faite par une jolie blonde - Photo offerte par Joymii

Entourant sa queue d’un anneau formé par son pouce et ses autres doigts, elle se mit à le branler délicatement, tout en se penchant vers lui. A genoux sur son siège, elle put passer au-dessus des accoudoirs et du levier de vitesse qui faisait un barrage à leur rapprochement, et bientôt, ses lèvres rencontrèrent le gland nu, chaud et rouge de son pénis. Un premier coup de langue, un baiser firent tressaillir son homme, qui, après les premiers moments d’inquiétudes se laissait aller au plaisir que lui procurait sa compagne.

Comme pour lui signifier l’envie qui le rongeait, il lui prit la tête entre ses mains, sans appuyer, sans la guider, juste en lui maintenant les cheveux en une queue de cheval improvisée par ses mains. Elle l’avait en bouche, complètement, totalement, et de sa main libre, elle lui caressait les bourses encore pleines de semence. Seule sa bouche poursuivait ses allers-venues, l’engloutissant totalement, rapidement, s’arrêtant juste pour lécher un peu plus longuement ce gland à découvert.

Très vite, dans un râle de plaisir, elle reçut sa semence dans le fond de la gorge. Elle continuait cependant, plus doucement, et reçut sur le visage un petit jet de sperme alors qu’elle avalait ce qu’elle avait en bouche.

Du bout du doigt, elle essuya son visage pour avaler chaque goutte de cette fontaine de jouvence et avalant encore une fois le sexe de son ami, elle le fit tourner dans sa gorge, sa langue nettoyant toute trace du liquide blanchâtre.

Heureuse d’avoir pu lui donner autant de plaisir, elle cessa toute caresse pour se rasseoir à côté de lui. Il avait la tête penchée en arrière sur l’appui-tête, les yeux fermés, un sourire sur les lèvres. Elle se pencha à nouveau, mais vers son visage et l’embrassa tout doucement sur la joue, sur les lèvres.

– Nous pouvons reprendre la route maintenant, chéri..

Avec mots-clefs , , , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>