La soumission de Sabine – 5 – par Pady

<< Partie 3 – par Pady

<< Partie 4 – par Sam

 

Une semaine s’était écoulée depuis ce rendez-vous. Je n’en revenais toujours pas d’avoir pu soumettre cette bourgeoise.

Quelle bonne idée, j’avais eu de placer une petite caméra dans la chambre lorsque j’étais venu pour poser l’enveloppe sur le lit. Sans ces images, j’aurais du mal aujourd’hui à imaginer que cette aventure fût bien réelle.

Brune nue portant des bas - photo offerte par BabesEn regardant ma TV, je te voyais ouvrir la porte et t’avancer tremblotante dans la chambre. Après avoir regardé la pièce, tu t’approchais de la lettre posée contre l’oreiller. Tu t’étais assise au bord du lit pour ouvrir l’enveloppe avec difficulté tant tu tremblais. Je te vis te relever, enlever ton long manteau, c’est là que je découvris que tu étais venue avec un belle robe de soirée, je ne m’en n’étais même pas rendu compte samedi. Malgré la distance de la caméra, je vis tes sous-vêtements de dentelle, ton string noir et ton soutien-gorge assortis que tu posas sur le dossier de la chaise. Entièrement nue, tu t’allongeais sur le lit après t’être bandé les yeux avec le foulard que j’avais disposé sur le lit. Quelques minutes plus tard on me voyait arriver, t’attacher, me déshabiller avant de te rejoindre sur le lit.
A la manière que tu avais de te bouger, de geindre et de voir ta chatte toute brillante, il n’était pas difficile de voir tout le plaisir que tu prenais lors de cette relation. Le bandeau sur tes yeux, s’il t’empêchait de voir, n’était vraiment pas suffisamment grand pour ne pas te reconnaître sur ce film vraiment très érotique voir pornographique.
Avec ce petit film, j’avais peut-être la possibilité de te rencontrer à nouveau. Rien que cette pensée me réchauffait le cœur ! C’est ainsi que je décidais de te renvoyer une petite lettre.
C’est ainsi que tu découvris une enveloppe sans timbre dans ta boîte aux lettres. En ouvrant cette dernière tu vis une lettre accompagnée d’un CD.

Chère Sabine,

Vous avez été très bien lors de notre dernière rencontre comme vous pouvez le constater dans le petit film ci-joint.
Je vous propose deux intéressantes variantes :

Je poste ce dernier sur Internet et l’envoie également à vos amis et votre employeur; je suis sûr qu’ils apprécieront.

Je vous propose un nouveau rendez-vous :  Demain soir, à 20 heures, vous trouverez un taxi devant chez vous, vous monterez à l’arrière, il vous conduira vers votre destin…

Vous vous habillerez d’une jupe courte au dessus du genou et d’un chemisier blanc presque transparent. Vous ne porterez pas de culotte, je veux vous savoir disponible et que vous sentiez l’air remonter jusqu’à votre sexe imberbe.

« Votre admirateur »

Le salaud, il avait bien préparé son coup. Tu n’avais même pas imaginé qu’il avait pu mettre une caméra dans la chambre. Qu’est-ce que tu avais pu être naïve. Il te tenait vraiment à sa merci maintenant !!!

Que faire d’autre que d’aller à ce nouveau rendez-vous, il ne fallait surtout pas que ces images soient diffusées. C’est ainsi que le lendemain tu te préparais. A l’heure dite un taxi noir se trouvait bel et bien devant chez toi, tu montais à l’arrière et demandais au chauffeur :

-Où allons nous ?

Ce dernier démarrait sans te répondre et t’emmenait à travers la nuit déjà tombée.

Bientôt la voiture quittait la ville, traversant la campagne. La route pénétra bientôt dans une forêt. Où t’emmenait-on, tu n’en avais pas la moindre idée. Enfin la voiture franchit une grille en fer forgé pour s’arrêter devant une maison entourée de haut mur. Le taxi s’arrêta, tu descendis et comme le chauffeur te l’avait indiqué, tu sonnas à la porte d’entrée.

La porte s’entrouvrit sans aucun bruit ! Une voix féminine t’invita à entrer. Tu fis quelques pas dans un hall minuscule. La porte se refermait lentement, sans que tu n’aies encore aperçu quelqu’un.

– N’ayez pas peur, je vais juste vous frôler ! Détendez-vous.

Tu sentais la présence de cette femme derrière ton dos, mais la pénombre de la pièce ne te permettait pas de la voir. Tu sursautas lorsqu’une main te toucha le cou. Elle remonta vers ton visage, vite rejointe par la deuxième pour te mettre un bandeau attaché derrière ta nuque.

– A-t-elle respecté mes consignes, tu peux vérifier ?

Cette voix, tu la reconnais, c’est celle de ton maître chanteur.
Une main se posa sur tes fesses, descendit le long de ta jupe et glissa sur la peau de ta cuisse en direction de ton entre-jambe. Deux doigts te pénétrèrent légèrement.

– C’est bon, Monsieur, elle n’a pas de culotte. Que dois-je faire maintenant ?

– Amène-la dans la salle ! Tu lui mets un collier et me la prépare comme d’habitude. Ensuite j’arriverai pour m’occuper d’elle.

La main de la femme te guidait en te poussant en avant, elle le faisait délicatement, elle marchait lentement et te tenant par l’épaule comme pour te rassurer.

– Arrête-toi là, ne bouge plus, je vais te mettre le collier.

Brune aux seins nus - photo offerte par BabesQuelque chose de froid toucha ton cou, tu sentis qu’on te le serait. Puis on te déboutonna ton chemisier, ton soutien-gorge te fut enlevé. Ta respiration s’accélérait. Tes poignets furent attachés, puis remontés au dessus de ta tête probablement avec une corde. Tu étais ainsi immobilisée à moitié nue, sur la pointe des pieds, les bras étirés au dessus de la tête.

– Tu as bien de la chance, Monsieur ne s’intéresse plus à moi maintenant, j’aimerais bien être à ta place.

Sa main se posa sur ton épaule, puis glissa lentement le long de ton bras. Voyant ta réaction, elle sourit puis posa l’autre main sur un sein te déclenchant des frissons de plaisir. Sa main était douce, son odeur enivrante, lentement très lentement elle passa sur l’autre sein, ses caresses te donnèrent la chaire de poule.

– Alors elle est prête ?

– Oui, Oui, Monsieur, dit-elle avant de partir précipitamment.

– Voyons si tu es prête à devenir une vraie soumise…

Je me plaçais derrière toi, mes mains commencèrent à te palper le ventre puis ma main droite descendit sur un genou pour remonter sous ta jupe. Elle se faisait de plus en plus insistante, remontant jusqu’à ton entrejambe, puis l’un de mes doigt s’infiltra dans ta chatte humide bientôt rejoint par un autre.

Fellation - photo offerte par BabesMon autre main vint rapidement déboutonner et te retirer cette jupe qui me gênait. Tu étais maintenant entièrement nue à ma merci ! Je me collais contre toi, tu sentis mon sexe dressé contre tes fesses. Mes mains se posèrent sur ta poitrine. Ensuite, je te pétris vigoureusement les seins. Toujours immobilisée, tu ne pouvais bouger, offerte à mon bon vouloir.

Enfin, je te détachais, mes mains se posèrent sur tes épaules pour te faire mettre à genoux. Tu compris ce que je voulais de toi. Tu t’approchas pour prendre mon sexe dans ta bouche et m’administrer une superbe fellation.

– C’est bien, tu es vraiment une bonne soumise

– As-tu du plaisir à te soumettre ?

Avec mots-clefs , , .Lien pour marque-pages : permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>