La soumission de Sabine – 4 – par Sam

<< Partie 2 – par Sam

<< Partie 3 – par Pady

J’espère qu’il me respectera, et qu’il respectera sa parole.. J’espère que.. Je dois arrêter de penser à cela, samedi approche, samedi est bientôt là !

 

Les jours précédents le rendez-vous furent une torture. Je ne pouvais m’empêcher d’y penser : à certains moments, le courage me manquait et j’imaginais ne pas y aller..

Mais le jour fatidique arriva enfin.. Je dis « enfin » car ce fut un peu comme une délivrance. Je savais maintenant que j’allais aller à ce rendez-vous, car je n’avais pas le choix, mais aussi parce que j’étais un peu excitée à l’idée de ce qui pouvait se passer.

Cet homme, parce que je pensais bien que ce serait un homme, semblait tenir à moi, à sa façon, et je croyais bien qu’il ne me ferait pas de mal… du moins, je l’espérais !

Vers 13 heures, je commençais à me préparer. Je n’avais pu manger quoique ce soit, une boule d’angoisse et d’excitation m’empêchant de pouvoir avaler quoi que ce soit.

Je pris une longue douche, pour essayer de me détendre, me lavant très intimement au cas où ce monsieur désirerait me prendre de tous côtés. Ma robe était étalée sur le lit, cela me semblait très habillé pour un rendez-vous en journée, étant donné que c’était plutôt une robe du soir, mais.. les circonstances étaient vraiment très inhabituelles, je pouvais donc me permettre cette petite fantaisie. Mon ensemble string et soutien-gorge noir en dentelle m’allait encore très bien, j’espère que cela lui plairait ! Je ne couvrais pas mes jambes, ni de bas, ni de collants, m’imaginant que ce serait du superflu pour ce rendez-vous..

Une fois habillée, maquillée, et prête à partir, je pris mon long manteau, descendant jusqu’aux mollets, que je boutonnais dans toute sa hauteur. Cela masquerait ma tenue un peu déplacée en ce milieu d’après-midi, et c’est ainsi que je descendais rejoindre ma voiture.

Le trajet jusqu’à l’hôtel me parut terriblement long, et lorsqu’enfin je me trouvais dans le hall d’entrée, je sentis mon coeur battre la chamade. Je marquais un temps d’arrêt, la tête me tournait légèrement, le souffle me manquait. Je pris une grande bouffée et tentais de faire le vide dans ma tête.

Un pied devant l’autre, encore.. et j’arrivais jusqu’au réceptionniste à qui je demandais la clé. Il m’avait regardée entrer et venir à lui, en souriant. Il devait s’imaginer que j’étais.. non, il ne faut pas que je pense à cela ! En le remerciant, je pris la clé en fuyant ses yeux et me dirigeais vers les ascenseurs. L’hôtel était plutôt cosy, raffiné, je ne le connaissais pas mais c’était une bonne adresse.. Chambre 69, ce nombre me laissait une multitude d’images excitantes, mais à ce moment précis, ces images laissaient place à d’autres, terrifiantes..

J’étais partagée, tremblante, si bien qu’au moment d’ouvrir la porte, je laissais tomber la clé au sol. En me penchant pour la ramasser, je soufflais fort, respirant bruyamment pour retrouver un rythme cardiaque normal. Heureusement que j’étais seule dans le couloir à ce moment précis ! Je me lançais enfin et ouvris la porte.. Une chambre très agréable, un coin salon avec deux fauteuils clubs et un grand lit, immense. En son centre, une enveloppe et un foulard.

Je pris la lettre et m’asseyant sur le bord du lit, je commençais sa lecture. Mon coeur faisait des bonds et mes mains tremblotaient encore. La lettre était courte, il voulait que je me déshabille totalement et que je me bande les yeux.. Je ne pourrais pas le voir !!

Il me fallait accepter sa demande, j’avais implicitement déjà dis oui en venant au rendez-vous. Soumise, je me déshabillais, et totalement nue, je nouais le foulard sur mes yeux et m’allongeais au centre du lit.

J’étais fébrile, et l’attente me parut longue, très longue. J’essayais d’écouter le moindre bruit, de me rendre compte si il était là.. Je n’avais pas été voir dans la salle de bain, il m’avait peut-être observée ?

Femme nue menottée - Photo offerte par X-ArtA l’affût de chaque bruissement, je tressaillais légèrement, mais je fis presque un bond lorsque je sentis qu’il s’asseyait près de moi. Très vite, il m’attacha les mains, en prenant la précaution de ne pas trop me serrer les poignets, et j’imagine qu’il sangla mes bracelets au lit car j’entendis un cliquetis alors qu’il me fit écarter les bras et les lever vers le haut du lit.

Je serrais les jambes comme pour essayer de me cacher alors que j’étais totalement à sa merci. Il pouvait faire ce qu’il voulait de moi, je ne pourrais pas l’en empêcher.. Je tournais la tête vers l’endroit où il semblait être, en entendant le bruit que faisait le tissu contre la peau, ce léger bruissement que fait l’étoffe lorsqu’on l’enlève. Il se déshabillait, le jeu se poursuivait, comme il l’avait imaginé..

Ses mains se posèrent sur moi alors que je sentais la chaleur de son corps à ma gauche. Il ne me touchait que de ses mains, mais je pouvais sentir son souffle tout près. Son parfum arrivait jusqu’à mes narines, et cette odeur que je connaissais ne me déplaisait pas.

Il semblait doux, ses caresses évitaient soigneusement mes seins et mon pubis, elles glissaient le long de mon corps, et tel un massage, je commençais à me détendre. Il enlaça ses doigts aux miens, et je compris qu’il ne me ferait pas de mal, qu’il m’aimait simplement.. Je ne risquais rien.

Femme nue menottée - Photo offerte par X-ArtSa voix.. Dans un chuchotement, il m’ordonna de ne pas bouger.. comment aurais-je pu ? Même si mes mains commençaient à avoir envie de lui rendre ses caresses, l’angoisse avait fait place à l’excitation. Il poursuivait son jeu, et j’aimais cela !

Il s’était rapproché de moi, je sentais son corps contre le mien. Sa peau était douce, ses caresses tendres, comme peuvent l’être celles d’un amoureux. La chaleur qu’il dégageait de bas en haut de son corps montrait l’état d’excitation dans lequel il était aussi..

Il évitait toujours mon sexe, malgré mes petits mouvements de hanche, mais s’occupait de mes seins. Du bout des doigts, il effleurait mes tétons, puis il les prit à pleines mains, les rapprochant l’un de l’autre. Ses lèvres cherchaient les miennes, sans m’embrasser réellement. Je relevais la tête, folle d’envie maintenant, mais sans pouvoir lui faire savoir par mes caresses, sans pouvoir l’embrasser, trouver sa langue. A chaque fois que je sentais son visage près de moi, j’essayais de trouver ses lèvres, prise dans ma folie, dans ce jeu, par l’excitation qui ne faisait que monter d’un cran à chaque frôlement.

Si j’avais pu, je l’aurai englouti, mais il n’approchait pas de ma bouche ! Je sentais son sexe tendu contre ma jambe, sur ma jambe, se rapprocher de.. non, il s’éloignait maintenant ! J’avais envie de crier pour qu’il reste, qu’il poursuive ses caresses, qu’il me prenne, maintenant, tout de suite..

Au lieu de sentir sa verge glisser entre mes jambes, ce fut sa  bouche qui se présenta. Je poussais un long soupir de plaisir lorsque ses doigts me rejoignirent enfin et écartèrent mes lèvres. J’étais humide, ou plutôt trempée, je mouillais comme rarement j’ai pu mouiller. Il me caressait lentement de ses deux doigts, goûtant mon nectar qu’il apprécia, selon ses dires.

Sa langue trouva l’entrée de ma grotte qu’il lécha avidement. De faibles gémissements de plaisir sortirent de ma gorge, alors qu’il emplissait la sienne de mon jus. Je lui montrais mon désir par de faibles coups de reins, ramenant mes grandes lèvres contre les siennes, enfonçant sa langue au plus profond de mon antre. Il était doué, il savait ce que j’aimerais, il sentait que j’aimais..

J’espérais qu’il continue, qu’il aille encore plus loin, que ce massage un peu particulier se poursuive. Il avait su, par sa mise en scène, par son audace, par sa douceur, me mettre en confiance, m’exciter aussi, je me donnais à lui, sans restriction, et maintenant sans contrainte.

Quand il me pénétra, j’accueillis sa verge dans un gémissement plus fort, plus rauque. J’écartais mes jambes un peu plus, pour le laisser entrer au plus profond de ma grotte. Ses mouvements lents étaient profonds, ses cuisses claquant contre les miennes, m’arrachant soupirs et cris. Je sentais mon plaisir monter un peu plus à chaque coup de reins. Ses mains sur mon ventre le maintenaient alors qu’il accélérait le rythme pour me pénétrer plus vite.. encore plus vite.. encore plus profond.. encore..

Il se déversa en moi dans un râle profond, alors que j’atteignais aussi les sommets du plaisir. En une dernière caresse sur ma peau nue, il se releva, et à nouveau, j’entendis le bruit de vêtements que l’on enfile.

Femme nue menottée - Photo offerte par X-ArtSa voix était grave, mais je pouvais sentir son sourire alors qu’il me parlait. Sa sortie fut tout aussi théâtrale que ce rendez-vous insolite. Après un dernier baiser, j’entendis la porte se refermer sur lui. Il avait été un amant formidable, attentionné, respectueux, et je n’aurais même pas vu son visage.. Qui pouvait-il bien être ? Est-ce que je le reverrai un jour ? J’aurais au moins pu lui demander son prénom..

Je n’avais guère plus de temps pour me poser d’autres questions car la porte s’ouvrit de nouveau, sur le réceptionniste cette fois.

A son pas lent et feutré, je comprenais qu’il m’observait, détaillait chaque partie de mon corps. Instinctivement, je serrais les jambes pour essayer de cacher quelque peu mon anatomie. Il était à côté du lit, je sentais, comme un aveugle peut sentir, la chaleur de son corps tout près de moi.

Il posa une main sur ma joue, délicatement, et se penchant sur moi, me couvrit de baisers. Sur les joues d’abord, puis le cou, mon oreille, sa main caressait mes cheveux alors que sa bouche descendait maintenant sur mon épaule. Je n’osais bouger ni dire un mot, comprenant qu’il voulait aussi une petite « part du gâteau »..

J’entendis le zip de sa braguette  et l’imaginais se caressant d’une main pendant que l’autre se perdait sur mon corps. Ses lèvres étaient arrivées jusqu’à mon sein qu’il titilla du bout de la langue, jouant avec mon téton. Sa bouche me quitta, et sa main prit la relève, malaxant un sein puis l’autre, frôlant mes tétons, les faisant rouler entre ses doigts. Est-ce que cela faisait partie du jeu aussi ? Mon amant mystère avait-il promis au réceptionniste une petite surprise ou étaient-ils de mèche ?

Il approcha son sexe de ma bouche, et entrouvrant mes lèvres du bout de sa verge, il me demanda implicitement si je voulais lui offrir une fellation. Après tout ce qu’il s’était passé aujourd’hui, et ayant eu très envie tout à l’heure, j’accédais à sa demande. Pour lui montrer mon accord, j’emprisonnais son gland dans ma bouche, tournant ma langue tout autour. Privée de mes mains, seule ma langue et mes lèvres pouvaient lui donner du plaisir.. J’alternais gorge profonde et petits coups de langue sur son gland. Aux soupirs qu’il poussait, je comprenais qu’il appréciait ma caresse. Aidée de sa main qui branlait sa verge en rythme avec ma bouche, je reçus rapidement des jets puissants alors qu’il poussait un gémissement rauque.

Il me détacha les poignets, tout en souriant. Enlevant le foulard qui me privait de vue, je regardais cet homme qui avait « profité » de mon incapacité à me défendre.. Je ne lui en voulais pas, j’avais pris beaucoup de plaisir à le sucer, il était d’ailleurs plutôt à mon goût, bel homme.

Se rhabillant rapidement, il me fit une grande révérence en me remerciant pour cette caresse que je lui avais offerte, puis il disparut, refermant la porte sur lui.

Redescendue dans le hall de l’hôtel, je cherchais des yeux ce beau réceptionniste.. Nulle trace de lui. Je m’approchais du comptoir d’accueil, et demandais à lui parler. Je voulais lui demander des informations sur mon amant mystère… La jeune femme me répondit qu’elle était de service toute la journée, seule. En prime, ils n’ont pas de réceptionniste qui corresponde à la description que j’en avais faite.

Je n’avais plus d’espoir d’avoir des renseignements sur mon amant mystère. Il m’avait soumise à lui, oui, et j’avais aimé.. mais je ne pouvais encore l’admettre.

Il ne m’avait laissé aucun espoir de le revoir, je ne connaissais ni son visage ni son nom.. Peut-être le retrouverais-je sur la toile ? Non, c’était mieux ainsi !

En rentrant chez moi, je supprimais toutes les photos de mon profil et toutes les informations qui pourraient me mettre en mauvaise position. Il ne fallait pas que ça se reproduise !

 

Avec mots-clefs , , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

3 réactions à La soumission de Sabine – 4 – par Sam

  1. Pingback:La soumission de Sabine – 6 – par Sam - Jolie coquine

  2. Pingback:La soumission de Sabine – 5 – par Pady - Jolie coquine

  3. Arlequin a écrit:

    Jolie petite Sam, ta plume est exquise à lire. Je suis vraiment ravi que twitter ait fait se croiser nos chemins :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>