Julie (et Tony) au pays des merveilles – Partie 1

Je me présente, Tony, 32 ans, agent commercial dans une concession automobile. Je suis en couple avec Julie, 28 ans, secrétaire de direction dans une autre concession auto du même groupe.
Nous sommes en couple depuis 6 ans. Notre vie est plutôt plan-plan du style métro-boulot-dodo car nous ne comptons pas trop nos heures de travail.
Coté vie sexuelle, nous nous éclatons bien surtout que nous ne le faisons pas si souvent que ça, toujours à cause du boulot, et même si j’aimerais qu’elle se lâche beaucoup plus. C’est chaud entre nous mais classique….jusqu’à nos dernières vacances aux Maldives. Les premières depuis que nous sommes ensemble.
Nous avons loué un magnifique bungalow au bord du lagon. Un seul bungalow se trouve à coté du notre, séparé par une petite haie.

 

Jolie blonde portant une robe à fleurs - photo offerte par BabesC’est un couple très charmant, Marc et Isabelle, un peu plus âgés que nous, 35-40 ans. Elle, par contre, a l’air super coincée, alors que lui n’a pas arrêté de déshabiller du regard ma chérie lors de la soirée cocktail d’hier. Il faut dire qu’elle portait une magnifique robe rouge, sans bretelle, arrivant à mi-cuisse et très moulante. Il la dévorait littéralement du regard et, d’autant plus, lorsqu’il s’aperçu, lors d’un décroisement de jambes, qu’elle ne portait pas de dessous. J’en fus moi-même surpris car je ne l’avais jamais vue sans rien sous ses vêtements. Il avait énormément de mal à cacher son émoi. Ça m’amusait beaucoup de le voir dans cet état. Ma chérie s’en était également aperçue et s’amusa à croiser et décroiser ses jambes très souvent. La soirée se termina et nous rentrâmes chacun dans notre bungalow.

Sa femme était très jolie également mais complètement coincée. Elle portait une robe à fleur qui ne mettait pas du tout ses charmes en valeur. La nuit fut calme pour eux, mais, nous, ce fut torride.

Le lendemain matin, je me suis levé vers 11h et j’allais directement piquer une tête dans le lagon pour me rafraichir les idées. Je nageais pendant une bonne demi-heure. Quand je sortis, je découvris ma belle allongée sur le transat en train de bronzer avec juste un tanga sur elle. Elle était sur le dos, les jambes légèrement écartées. Cette vue provoqua chez moi une légère réaction dans mon boxer.

Je me rapprochais d’elle. Son corps était magnifiquement bronzé. De petites gouttes de sueur perlaient entre ses petits seins. Je pourrais la regarder pendant des heures. Mais, apparemment, je n’étais pas seul à admirer ma femme. Je vis le feuillage de la haie d’en face bouger légèrement. Je fis semblant de rien mais compris que notre voisin était en train de mater ma femme.

 

Jolie femme aux seins nus - photo offerte par BabesJe me mis au-dessus d’elle et des gouttes d’eau tombèrent sur elle. Elle ouvrit un œil, me vit, me regarda de haut en bas et découvrit une bosse naissante sur mon boxer. Un léger sourire apparut au coin de ses lèvres. Je me baissais et lui indiquais à l’oreille que notre voisin nous matait. Son sourire s’amplifia…. Elle me demanda de lui passer de l’huile de bronzage sur le corps.

Je pris le flacon, en versa dans ma paume de main et commençais par le haut de la poitrine. Je descendis sur ses seins, fis le tour de chacun. Son corps était chaud. En passant sur ses seins, je sentis ses tétons se tendre sous mes caresses. Deux petites billes apparaissaient. Je les pris entre mes doigts et commençais à les rouler entre le pouce et l’index, à les pincer délicatement. Un frisson parcourut son corps. Un soupir d’aise sortit de sa bouche entre-ouverte. Elle passa sa langue sur ses lèvres.

Je jetais un coup d’œil en direction de la haie et la voyais toujours bouger. J’entendis un frottement de vêtement et quelque chose tomber légèrement sur le sol. Le cochon s’était déshabillé. Cette pensée de savoir que quelqu’un nous regardait m’excitait. Mon sexe grossit encore. Je continuais mon massage en descendant sur son ventre, faisant le tour de son nombril.

 

Jolie femme aux seins nus - photo offerte par BabesJe repris un peu d’huile et recommençais par les pieds, pour remonter doucement le long de ses jambes puis ses cuisses qu’elle écarta encore. Je découvris un tanga trempé. Elle mouillait comme jamais. Je continuais de remonter et en arrivant au niveau de son tanga, je passais un pouce de chaque coté dessous et sentit toute son excitation. La mienne me faisait presque mal tellement j’étais gros dans mon boxer.

Elle tira sur les deux ficelles qui retenaient son tanga. Je le retirais et vis son petit ticket de métro fraichement taillé et son petit abricot bien juteux. Le voisin en avait pour son argent. Je l’entendais écarter le feuillage pour mieux voir le corps nu de ma femme. J’entendais également sa respiration de plus en plus forte. Je n’en pouvais plus.

Ma belle se redressa et me libéra de ma prison. Elle me dit à l’oreille :
– Lèche moi le minou mon grand coquin. Et puis-je inviter notre voyeur ?

 

Partie 2 >>

Avec mots-clefs , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

Une réaction à Julie (et Tony) au pays des merveilles – Partie 1

  1. Pingback:Julie (et Tony) au pays des merveilles – Partie 2 - Jolie coquine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>