A la recherche d’un emploi 11 – La fin de soirée

<< Le dîner 3

Il jouait avec moi, avec nous, son désir montait, je le sentais ! Je découvrais une nouvelle facette de mon mari, et j’aimais ce que je découvrais !

Sheryl s’avança vers lui, il posa ses mains délicatement sur ses fesses, et lui ôta son triangle de tissu. Puis, l’accompagnant d’une main sur ses fesses, il la dirigea à nouveau vers moi..

 

Il guida Sheryl pour qu’elle s’installe sur moi, la tête entre mes jambes, et la mienne entre les siennes. Il se positionna face à Sheryl, et lui demanda de le déshabiller alors qu’il ôtait déjà sa chemise.

– Jenny, je veux que tu offres le plus de plaisir possible à Sheryl, elle le mérite.. Grâce à elle, je sais maintenant que tu es une vraie coquine, une effrontée, elle mérite le meilleur traitement que tu peux lui donner.. Applique-toi Jenny..

Puis il finit de se dévêtir, enlevant son pantalon et son boxer, mettant à nu son membre dressé. Il s’agenouilla sur le lit, face à la bouche de Sheryl qui n’attendait que ce rapprochement pour le goûter.

Cunnilingus entre femmes avec un homme - photo offerte par X-ArtPendant ce temps, je me concentrais sur l’intimité de ma partenaire, découvrant cette chatte dépourvue de pilosité, ses lèvres plus sombres que le reste de sa peau.. Cet abricot fendu, loin d’être sec, n’attendait que ma langue pour s’écarter un peu plus. Mes doigts guidèrent ma langue, entrouvrant cette fente, cherchant le bouton sacré, gonflé de désir.

Je ne savais rien de l’intimité d’une femme à part ce que j’avais découvert sur mon propre corps. Mais la position, l’excitation de la situation, l’envie de bien faire m’obligeait à y aller pas à pas, du bout du doigt. Sheryl était trempée, je goûtais son nectar que j’appréciais dès la première goutte. Ma langue se fit plus inquisitrice parcourant ses lèvres, fouillant en elle, aidée de mon index pour découvrir l’entrée de sa caverne.

Elle gémit lorsque mon doigt la pénétra pour se retirer aussitôt, laissant place à ma langue. Mon bassin ondulait de désir, mais la belle Sheryl était occupée avec mon mari, qu’elle suçait avidement. Elle le prenait en bouche, dans sa totalité, puis jouait de sa langue sur son gland gonflé de sang et de désir.

Romain l’arrêta en posant ses mains sur les épaules de mon amie. Il se retira et fit le tour du lit pour s’installer au dessus de ma tête, juste au niveau de la croupe de Sheryl. D’une voix ferme mais où je reconnaissais son air coquin de tout à l’heure, il nous dit :

– Sheryl, je t’interdis de toucher à Jenny ! Elle ne mérite pas le plaisir que tu pourrais lui procurer, c’est à elle de te donner du plaisir.. Ne la touche pas, apprécie simplement ce moment que l’on va t’offrir.. Jenny, je compte sur toi pour que tu t’appliques, je veux entendre Sheryl gémir sous tes caresses, je veux que tu nous offres ce qu’il y a de mieux ! Petite effrontée, tu vas t’occuper de nous deux !

Il se coiffa d’un préservatif et dirigea sa verge vers l’entrée de sa grotte que j’avais libérée. J’avais maintenant à ma disposition le petit bouton de ma partenaire rendu presque inaccessible par la pénétration de mon mari, et les bourses de ce dernier, que j’avais maintenant très envie de prendre en bouche.

Romain faisait de lents mouvements en elle tout en profondeur. Mon doigt branlait le clitoris de Sheryl, lui arrachant des gémissements de plus en plus aigûs au fur et à mesure que mon doigt accelerait et que mon mari la prenait.

Il se retira cependant, me permettant d’introduire deux doigts, puis trois, dans sa grotte inondée. Sa liqueur me coulait presque sur le visage, que j’essayais en vain de lécher avant qu’elle ne me coule dessus..

Romain, pendant ce temps, travaillait notre partenaire, appuyant légèrement sur sa rosette, en faisant le tour du bout du doigt, puis revenant chercher un peu de sa mouille, il pénétra cet oeil presque fermé. Un doigt, l’index, qui glissa tout seul, arrachant un cri de plaisir à notre compagne de jeu. Un second doigt put le rejoindre tout aussi facilement. Je sentais presque les doigts de mon mari au travers de la fine membrane qui nous séparait, entre son vagin et son anus..

J’avais plaisir à découvrir cette nouvelle expérience, et malgré toute l’envie qui m’assaillait, mon bassin ondulant toujours de désir, j’aimais entendre Sheryl gémir, râler de plaisir, crier son désir d’en recevoir encore..

Deux femmes et un homme dont une prise en levrette - photo offerte par X-ArtRomain habilla sa verge et son chapeau du gel mis à disposition à côté du lit, puis en humecta légèrement la rosette de notre amie. Très doucement, il approcha son gland de cet oeil légèrement entrouvert maintenant, et délicatement, il s’y engagea.. Elle poussa un cri plus aigu encore lorsqu’elle aspira le gland tout entier, et une partie de la tige de mon homme. Il ne bougeait pas, lui laissant le soin de gérer cette pénétration. Elle semblait s’empaler sur lui, et peu à peu, je voyais sa queue disparaître entre ses fesses.. Il toucha sa croupe de son pubis, étant totalement en elle, et au vu des légers mouvements de bassin qu’elle faisait, elle n’attendait plus qu’il ne la pilonne..

Ma langue put reprendre son doux travail de léchage, maintenant que j’avais observé en prenant beaucoup de plaisir cette insertion dans cette caverne cachée.. J’aspirais son clitoris, le suçais, léchant ses lèvres, l’entrée de son vagin où étaient nichés trois doigts. Ces derniers pouvaient sentir la queue de mon homme, sensation extraordinaire où je pouvais presque caresser son sexe au travers de celui que j’avais investi !

Mais il commença son travail de pilonnage, la martelant doucement pour commencer, puis accélérant le rythme alors qu’elle criait de plus en plus fort..

Elle nous en demandait encore, d’une voix aiguë qu’elle cherchait pourtant à étouffer.. Ses cris devaient s’entendre dans tout le restaurant et au bar, mais qu’importait pour le moment, hormis son plaisir.

A nous deux, nous arrivions à la faire frisonner, crier, gémir, souffler, et sa jouissance, toute proche, nous fit accélérer tous deux la cadence. Son orgasme fut violent, elle tremblait, s’allongeant sur moi, ses bras ne la tenant plus. Un jet de cyprine me coula sur le visage lorsqu’elle jouit, et je découvris ce qu’on appelait une éjaculation féminine.. Ma langue cherchait à récupérer tout ce jus répandu sur mon visage, mais c’était impossible..

Romain, dans un dernier va-et-vient se déversa en elle, ou plutôt dans son préservatif, soufflant et gémissant comme rarement je l’avais entendu. Tous deux étaient repus.. Romain se retira, et Sheryl roula sur le côté pour me rendre ma liberté. Ils vinrent tous deux m’embrasser, et me lécher le visage, m’enlevant le cru de la belle Sheryl, me lavant de cette jouissance qui s’était déversée sur moi..

Nous étions tous trois allongés sur le lit, cherchant à retrouver notre souffle. Tristan nous avait rejoint et s’était assis sur la banquette jouxtant notre lit. Il avait manifestement pris beaucoup de plaisir à nous regarder, à en juger par le renflement sous son pantalon. Il ne savait rien de ce qui nous avait amené ici, aussi, il nous dit, d’un air faussement fâché :  » Vous auriez pu m’attendre tout de même ! » puis il se mit à rire. Romain se chargea, tout en finissant de se rhabiller, de lui expliquer l’affaire :

– Jenny n’a pas été sage du tout avec toi ce matin, il me fallait la punir au plus vite ! Nous ne pouvions t’attendre ne sachant pour combien de temps tu en aurais.. De plus, étant donné qu’elle a fauté avec toi, tu ne pouvais pas te charger de la punition !

Tristan acquiesça puis nous demanda si nous étions d’attaque pour aller se trémousser sur la piste de danse. Nous avons accepté, mais pour ma part, ce n’était que pure politesse car j’étais vraiment épuisée. La soirée avait été dense, riche en émotions, en découverte, et la fatigue commençait à se faire sentir. Cependant, nous suivîmes Tristan jusqu’à la piste de danse où plusieurs personnes dansaient déjà, et d’autres étaient assis sur les banquettes entourant la piste.

J’allais aller m’asseoir lorsque Tristan m’attrapa par le bras et m’entourant de ses bras, se mit à onduler contre moi. Je ne pus que le suivre et m’exécuter. La musique était traînante, langoureuse et propice aux rapprochements.

Nous dansâmes à 4, Sheryl et moi au centre, entourées de nos deux mâles, Tristan derrière moi et Romain derrière elle. Nos mains parcouraient nos corps enlacés, celles de nos hommes rejoignant aussi nos mains.  Ce corps à corps étaient sensuel, glamour, je sentais le membre dur de mon patron se frotter à mes fesses, les mains de Sheryl sur mes flancs, guidant mes pas de danse, celles de Romain posées sur les seins de cette dernière, me touchant presque tellement nous étions collées.

Puis notre groupe se scinda, et nous reprîmes la danse à deux. Je fis face à Tristan maintenant, parcourant son corps de mes mains. Je tentais de suivre le rythme de la musique, de me caler sur mon partenaire, toute fatigue envolée..

Un homme vint se coller derrière moi.. J’imaginais que c’était Romain, mais lorsque je vis ses mains sur mes seins, je m’aperçus de mon erreur. Je tournais donc la tête pour connaître le visage de cet homme aux mains délicates, et je reconnu l’homme que nous avions observé tout à l’heure aux coins câlins et qui m’avait frôlé le fessier en partant.. Il dansait en cadence, se collant à mon dos, à mes fesses, se calant sur mes propres pas pour ne pas me quitter un instant. Tristan semblait amusé de cette situation et poursuivit ses pas de danse contre moi. J’étais ainsi prise en sandwich entre deux hommes très attirants.

Mon string était encore plus humide qu’il ne l’avait été jusque là.. Cette danse langoureuse ne dura pas plus de quelques minutes, mais je les appréciais pourtant et y repense encore aujourd’hui avec beaucoup d’excitation. A la fin de la chanson, l’homme dont je ne connaîtrais peut-être jamais le nom reprit sa place sur une banquette, auprès du groupe d’amis que nous avions vu avec lui..

J’étais épuisée, mais heureuse. Je glissais à l’oreille de Romain mon souhait de rentrer, ma fatigue, chose qu’il expliqua ensuite à Tristan. Ces derniers nous raccompagnèrent jusqu’au hall d’entrée où Tristan nous demanda si notre soirée nous avait plu…

Je ne pouvais que sourire et acquiescer lorsque Romain affirma qu’il n’oublierait pas cette soirée de sitôt, que nous avions passé des moments fort agréables.. Ainsi, Tristan m’embrassa sur les deux joues tout en glissant une main dans mon dos, me caressant du revers de la main.

Romain, quant à lui, embrassa Sheryl sur la bouche, en lui murmurant qu’il espérait la revoir, plus, d’une voix plus forte et serrant la main de Tristan, il réitéra l’espoir de le revoir.. C’est ainsi que nous quittâmes cet établissement, ravis, repus, main dans la main…

 

Jalousie.. ?  >>

A la recherche d’un travail 10 – Le dîner 3

<< Le dîner 2

Il me proposa une douche, ayant très chaud et ayant beaucoup transpiré suite à cette gymnastique, chose que j’acceptais volontiers. Nous laissâmes donc Romain et Sheryl sur le lit, alors que nous emportions nos affaires vers les douches. Tristan connaissait très bien l’établissement puisqu’il nous y dirigea sans douter du chemin.

Nous furent rejoins par Romain et Sheryl peu de temps après. Romain m’entoura de ses bras sous la douche, un sourire réjouit et les yeux pétillants. Je savais qu’il avait pris beaucoup de plaisir, et j’étais heureuse de cette soirée, qui, si j’en croyais mon instinct, était loin d’être terminée !

 

Nous retournâmes à notre table où nous attendaient un grand choix de dessert. Ce n’était qu’une bouchée de tarte au chocolat, une verrine de tiramisu aux framboises, un mini-crumble aux pommes, mais nous pouvions nous faire plaisir !

Comme si rien ne s’était passé, nous reprenions notre conversation, avec un peu plus d’entrain que tout à l’heure. Nous entendions faiblement la musique monter par l’escalier sur le palier, la soirée ayant commencé dans la partie club de l’établissement.

Romain promenait sa main sur ma cuisse, tendrement. Il se penchait vers moi, déposant un baiser sur mon épaule dénudée, ou dans mon cou. Il semblait plus amoureux que jamais, les yeux pétillants de malice, son air coquin que je découvrais me plaisait beaucoup.

J’avais pourtant craint cette soirée, avec le passif que nous avions en commun avec Tristan, cette fellation ce matin, les baisers échangés, les avances faites à demi-mot, j’étais bien loin d’imaginer que la journée se terminerait ainsi ! Je voulais cependant être totalement honnête avec mon mari, et je décidais que dès demain, je lui expliquerai la situation, et ce qu’il s’était passé. Je voulais que l’on profite de cette soirée jusqu’au bout, il serait bien temps d’en reparler demain..

Jolie femme brune - photo offerte par BabesNous avions terminé notre repas, et la conversation tournait autour de la relation de Sheryl et de Tristan. Sheryl expliquait à mon mari qu’elle venait régulièrement ici avec son compagnon et Tristan depuis que le restaurant avait ouvert ses portes.

Tristan reçut un appel téléphonique qui semblait urgent, puisqu’il se leva, s’excusant auprès de nous, et s’éloignait jusqu’au sas d’entrée du restaurant-club pour converser plus tranquillement. Je le voyais faire les cent pas tout en écoutant et parlant à son interlocuteur.

Pendant ce temps, Sheryl poursuivait la conversation avec Romain :

– Mon compagnon a rencontré Tristan environ un an après mon embauche, et nous étions déjà amants depuis plusieurs mois. Il connaissait la relation que nous entretenions, et il accepta un beau jour l’invitation de Tristan. Leur rencontre se fit dans un restaurant traditionnel, et nous passâmes une soirée délicieuse.. sage, mais délicieuse, nous dit-elle avec malice.

– Pas comme celle que nous passons alors, qui est délicieuse aussi, convenons-en, mais loin d’être sage ! répondit Romain en riant.

– Oh ! C’est vrai ! Mais avec Jenny, Tristan va beaucoup plus vite, pour tout.. Il l’apprécie vraiment, énormément !

Romain fronça légèrement les sourcils et je sentis sa main se crisper sur ma cuisse. Tristan était toujours en conversation et parcourait le mètre carré de l’entrée de long en large. Ma tête bougeait de gauche à droite lentement alors que j’essayais de capter le regard de Sheryl, pour qu’elle comprenne que Romain n’était pas au courant.. J’étais persuadée qu’elle savait que je n’avais rien dit à Romain, mais en y réfléchissant, je n’en avais parlé qu’à Tristan !

Elle poursuivait cependant, ne se rendant compte de rien..

– Alors qu’il aura fallu plusieurs mois pour que l’on flirte ensemble, avec Jenny, la séduction a commencé dès son entretien.. Et il n’aura fallu qu’une dizaine de jours pour que tu ne te joignes à nous !

J’avais pris la main de Romain dans la mienne, mais il me l’avait retirée presque aussitôt, son sourire avait disparu. Sheryl s’aperçut du changement dans l’attitude de mon mari car elle nous regarda tour à tour, et comprit que je faisais « non » de la tête.. Elle couvrit sa bouche de la main, comme si elle pouvait retiré ce qu’elle venait de dire.

Romain se tourna vers moi, et me regardant dans les yeux, me demanda de lui expliquer en quoi consistait cette séduction dont avait parlé Sheryl. Cette dernière voulut s’excuser :

– Je suis navrée Romain.. Jenny, je ne savais pas que..

Je rassurais ma collègue d’un pauvre sourire, et lui affirma que ce n’était rien :

– Je voulais lui en parler dès demain Sheryl, ne t’inquiètes pas.

Puis regardant mon mari à nouveau, je lui expliquais les conditions de mon embauche, les caresses..

Fellation d'une brune - photo offerte par Babes– Et ce matin, l’excitation était telle que j’ai fait une fellation à Tristan.. Nous nous sommes embrassés, il m’a caressée, il en avait envie.. Je ne peux pas dire que je ne le voulais pas non plus, il ne m’a pas forcé, je suis désolée Romain, je n’aurais pas dû, et surtout, il aurait fallu que je t’en parle, dès ce midi.. Excuse-moi, nous devions déjeuner ensemble pour parler de cela, mais je n’en ai pas eu le coeur.. Et ce soir, je voulais que l’on profite de notre soirée, nous avons passé un si bon moment jusque là, je t’en aurais parlé demain, sois en certain !

Un silence pesant entoura mes paroles. Sheryl n’osait plus rien dire et nous regardait tour à tour. Romain avait posé son regard sur son verre d’eau, avec lequel il jouait, un regard qui semblait perdu dans le vague.

– Tu aurais pu m’en parler, tu aurais dû m’en parler Jenny !

Sa voix était basse, son regard toujours fixé sur son verre. Je ne pouvais savoir s’il était réellement fâché, s’il m’en voulait beaucoup, ne voyant pas ses yeux, son visage, si il avait les traits tirés ou non.

– Je voulais t’en parler Romain, ce midi. Je craignais ta réaction, mais je voulais t’en parler.. Notre amour est intact, je te désire toujours autant. Je sais que tu peux comprendre, tu as baisé avec Sheryl ce soir, tu y as pris du plaisir, beaucoup de plaisir, je le sais, et pourtant tu m’aimes toujours. C’est pareil pour moi, ce matin, j’ai sucé Tristan, c’est vrai, et j’y ai pris du plaisir, mais cela ne change rien à notre relation à tous les deux !

Romain releva la tête vers Sheryl. Elle avait le visage décomposé, les yeux tristes. En arrière plan, je voyais toujours Tristan, le beau Tristan, son téléphone portable collé à l’oreille. Il semblait soucieux lui aussi..

Romain regarda Sheryl qui semblait réellement malheureuse et eut un petit sourire en coin. Il se tourna ensuite vers moi, et ses yeux eurent une lueur coquine :

– Tu n’as pas été sage ma chérie, pas sage du tout.. Je vais devoir te punir !

Son sourire s’élargissait un peu plus alors que Sheryl commençait à respirer de nouveau.

– Sheryl, je te remercie de m’avoir ainsi permis de connaître les petits travers de ma femme, sans toi, je n’aurais peut-être jamais été au courant.. Mais il va falloir que tu te fasses pardonner toi aussi, car tu aurais dû m’en parler plus tôt.. Vous allez venir avec moi, toutes les deux, Tristan semble de toute façon bien occupé pour le moment.

Il se levait déjà, alors que nous étions l’une et l’autre interloquée par sa réaction. Il ne nous laissa pas le temps de nous remettre qu’il écartait le fauteuil de Sheryl pour qu’elle se lève, puis il fit de même avec le mien. Il nous fit passer devant lui, posant une main sur chacune de nos fesses, et nous guida vers les coins câlins.

A l’entrée de la salle, un lit était vide, les rideaux étaient ouverts. Romain nous demanda de nous arrêter là et de nous asseoir en son centre.

– Jenny, tu n’as pas été sage du tout, tu vas recevoir ta punition.. Sheryl, tu vas m’aider à punir cette effrontée ! Commence donc par la déshabiller s’il te plait.. Je veux qu’elle soit nue, totalement nue et que tout le monde puisse la regarder.

Sheryl s’exécuta et commença à me déshabiller, m’enlevant ma robe, puis mon string. Sous ses douces mains, j’imaginais la punition très agréable. Elle attendait que Romain lui dise ce qu’elle devait faire de moi, n’osant prendre d’initiative.

J’étais terriblement excitée par ce revirement de situation, Romain n’ayant jamais été ainsi avec moi. J’étais soumise à lui, totalement, ainsi qu’à Sheryl qui était les mains de mon mari.. En prime, il ne m’en voulait pas pour ce qui était arrivé avec Tristan, au contraire, il semblait encore plus excité.. Je voyais un renflement au niveau de son pantalon qui indiquait bien son désir. J’espérais qu’il ferait tomber ses vêtements pour venir me punir lui aussi..

– Maintenant Sheryl, je voudrais que tu lui malaxes les seins, je veux voir ses tétons ressortir, que tu les pinces, que tu les mordes. Je veux entendre ses plaintes, ses gémissements.

Deux brunes se léchant les seins - photo offerte par BabesSheryl approcha ses deux mains de mes seins, les prenant à pleine main. Romain était toujours debout, juste à côté du lit, et nous regardait un sourire un coin. Pendant ce temps, Sheryl s’occupait de ma poitrine, frôlant mes tétons de la paume de ses mains, puis les pinçant entre son index et son pouce. La douleur était mêlée au plaisir, sensation difficile à décrire pour ceux qui n’ont pas connu cela.. Elle pinçait plus fort encore, m’arrachant mon premier cri que je tentais pourtant de retenir. Elle approcha sa bouche de mon sein, sa langue frôla d’abord mon téton devenu hyper sensible par le traitement qu’elle m’avait offert à l’instant, puis elle le prit en bouche, l’aspira, le suça, pour finir par le mordre. Je criais plus fort cette fois-ci, ne pouvant étouffer cette plainte de plaisir et de douleur.. Je voyais Romain, à travers mes yeux mi-clos, qui prenait du plaisir à nous regarder, il s’était d’ailleurs assis sur l’une des banquettes entourant le lit, et profitait du spectacle.

– Jenny, tu es une effrontée ! Tu vas devoir te faire pardonner pour ce que tu as fait.. Allonge toi sur le dos et écarte les jambes !
Sheryl, ma belle, j’aimerais que tu enlèves ton string.. Viens, je vais t’aider, dit-il d’une voix faussement plus douce.

Il jouait avec moi, avec nous, son désir montait, je le sentais ! Je découvrais une nouvelle facette de mon mari, et j’aimais ce que je découvrais !

Sheryl s’avança vers lui, il posa ses mains délicatement sur ses fesses, et lui ôta son triangle de tissu. Puis, l’accompagnant d’une main sur ses fesses, il la dirigea à nouveau vers moi..

 

La fin de soirée >>

A la recherche d’un travail 9 – Le dîner 2

<< Le dîner 1

– N’est-on pas ici pour s’amuser tous les quatre ? Jenny, tu es d’accord n’est-ce pas pour que Romain puisse profiter de Sheryl pendant que l’on joue ensemble ?

J’acquiesçais et acceptais cette ouverture avec plaisir.. Nous trinquâmes tous les quatre à notre début de soirée fort agréable !

 

Ainsi, Sheryl put profiter des caresses que lui prodiguait mon mari à l’aide des ses orteils. Par moment, elle ne parlait plus, et à l’impulsion que donnait Romain dans sa jambe, je comprenais qu’il torturait le bouton de mon amie. Elle avait retiré sa main de l’entre-jambe de Tristan pour s’attarder sur la jambe de mon homme.

La conversation allait bon train, Tristan et Romain rivalisaient d’anecdotes pour nous faire rire. La soirée était déjà bien entamée, et les plats nous avaient été servis. Ce soir-là, le chef avait opté pour un filet de boeuf, surmonté d’une tranche de foie gras, et des pommes de terre rattes. Le tout était accompagné de feuilles de salade, et d’asperges. Fort heureusement, la qualité primait sur la quantité, et je pouvais finir mon assiette avec gourmandise sans me sentir alourdie.

Tristan nous proposa, une fois nos plats terminés, d’aller visiter les lieux, et de danser un peu avant de prendre le dessert. Ainsi, il me prit la main alors que Sheryl prenait celle de Romain. Tristan nous guida jusqu’au fond de la salle, passant devant le premier escalier et le bar. Il s’arrêta devant la salle des coquineries, et passant la tête, il m’y attira. Sheryl et Romain nous avaient suivis.

Le restaurant s’était rempli et vidé tout au long de la soirée, certains groupes allant danser, d’autres prenant la direction du bar, et les derniers venant ici pour un petit plaisir entre deux plats.

Tristan s’était approché du centre de la pièce et regardait un groupe de quatre personnes, deux femmes et deux hommes. Un peu comme tout à l’heure avec Sheryl, il s’assit sur une banquette et m’attira à lui. Romain regardait tour à tour ce même groupe de quatre, mais aussi un trio de deux femmes et un homme, un autre groupe de quatre personnes, et enfin un couple. Sheryl était derrière lui toujours debout, et lui caressait les fesses tout en l’embrassant dans le cou. Il ne tarda pas à se retourner vers elle, les mains dirigées vers ses seins.

Je ne vis guère plus de ce qui se passa entre Romain et Sheryl, Tristan s’étant tourné vers moi tout en glissant sa main sur ma cuisse. Elle remontait du genou vers mon pubis, tantôt me frôlant, tantôt du dos de la main, alors que de l’autre main, il attirait mon visage vers le sien.

Un long baiser me coupa presque le souffle, alors qu’il se frayait maintenant un chemin à travers mon string humide. En chuchotant, il me commanda de l’enlever, ce que je fis. J’allais me rasseoir à ses côtés, quand il me prit par la taille et me fit me retourner. Remontant le bas de ma robe au-dessus de mes reins, il s’approcha de mes fesses, y déposant de petits baisers. Je sentis rapidement ses dents dans ma chair, ce qui m’arracha un petit cri de surprise. Il ne me faisait pas mal, mais je n’avais pas l’habitude que l’on me morde..

Ses doigts glissaient entre mes lèvres, frôlant mon clitoris, le titillant à chaque passage, pénétrant par moment dans ma grotte, s’humectant de cyprine.. J’étais sous son contrôle, à lui, et plus rien autour ne comptait. Certains pouvaient nous regarder, et alors que j’avais la chatte bien visible, je ne pensais qu’au plaisir qu’il m’infligeait.

Je fermais les yeux, m’abandonnant à lui, à ses mains agiles Je me mordais la lèvre alors que de faibles gémissements naissaient dans ma gorge lorsque ses doigts s’engouffraient en moi ou qu’ils se rejoignaient autour de mon clitoris. Il continuait à embrasser mes fesses, à me mordiller, glissait sa langue entre mes collines pour rejoindre ma grotte secrète.

Lorsque sa langue se posa sur ma rosette, l’humidifiant et la titillant, un frisson de plaisir me parcourut. Ses mains écartaient doucement mes fesses pour laisser passer sa bouche et sa langue.

Il devait être expert en la matière car il me titillait du bout de sa langue, se frayant un passage puis, comme si il se ravisait, léchait et mordait à nouveau ma chair.

Sexe en groupe - photo offerte par X-ArtEntrouvrant les yeux, je vis mon mari assis sur un lit, le pantalon et son boxer posés à ses pieds, Sheryl à genoux le suçait avidement.

Romain avait la tête renversée en arrière et savourait cet instant. J’avoue que cette vision me fit oublier un instant le traitement que m’infligeait Tristan, j’aimais voir mon mari avec une autre femme ! Ce fut comme une révélation pour moi, j’appréciais ce spectacle, encore plus, en me sentant désirée par cet homme qui s’occupait  si bien de mes fesses..

Tristan me fit me retourner face à lui, j’étais toujours debout alors qu’il était assis. J’étais presque déshabillée alors qu’il était encore totalement vêtu.. Il allait falloir remédier à cela !

Je me penchais vers lui, cherchant sa bouche pour que nos langues se rejoignent, et j’en profitais pour défaire les premiers boutons de sa chemise. Tristan profita de la situation pour faire tomber les bretelles de ma robe dévoilant ainsi mes seins. Il ne restait qu’un mince bandeau noir formé par ma robe descendue et remontée au niveau de mon ventre. Cessant de déshabiller mon partenaire, j’entrepris de me défaire de ce reste de tissu devenu encombrant.

J’étais maintenant totalement nue, à la vue de tous. Le quatuor que Tristan avait observé en arrivant  s’était rhabillé et passant près de nous, un des hommes frôla le haut de mes fesses du plat de la main tout en poursuivant son chemin. La femme qui le suivait nous regardait avec un sourire coquin.

J’étais très excitée par la situation, chaque caresse me faisait tressaillir, j’étais à fleur de peau tellement le désir me tiraillait. Je me penchais à nouveau sur Tristan pour tenter de le libérer de ses vêtements, il m’aida en finissant de déboutonner sa chemise alors que je m’attaquais à son pantalon. Très rapidement, ses vêtements se trouvèrent sur la banquette près de ma robe, et je pus le prendre en bouche. Son membre était tendu, érigé fièrement, il m’attendait..

Tristan ne me permet que quelques coups de langues, ayant prévu un tout autre programme pour ce soir.. Tendant le bras vers la petite table près de nous, il attrapa un préservatif dont il se chaussa fort habilement. Puis, me tenant par la main, il me conduisit sur l’immense lit où se trouvaient déjà Sheryl et Romain.. Ce dernier avait la tête plongé entre les jambes de ma collègue et s’occupait très certainement de son petit bouton que j’imaginais tout gonflé. Ses gémissements montraient bien que Romain avait trouvé ce qu’il cherchait..

Tristan m’allongea sur le lit, et remontant mes jambes sur son torse, alors qu’il restait debout, il approcha sa verge contre ma vulve, se frottant à moi, parcourant l’entrée de mon vagin jusqu’à mon clitoris, m’arrachant de petits cris de désir.

– Prends moi Tristan ! Prends moi !!!

Sexe en groupe - photo offerte par X-ArtC’était une demande, presque une supplication, tellement j’avais envie qu’il me pénètre, qu’il me prenne, de le sentir en moi.. Il s’exécuta et me pénétra d’un coup, profondément, m’arrachant cette fois un cri de plaisir. Je compris qu’il aimait me voir dans cet état, me savoir si désireuse.. Très lentement, il faisait des va et vient, pour, par moment, me prendre en profondeur. Ses cuisses claquaient contre mes fesses, mais il reprenait aussitôt son rythme lent tout en affichant un sourire satisfait.

Il me poussa les fesses un peu plus loin dans le lit, afin de pouvoir s’allonger à son tour. Ainsi, je pus entourer ses reins de mes jambes, et retrouver sa bouche, sa langue. Il m’embrassait tout en continuant ses coups de lime, butant au plus profond de mon antre.

Sexe en groupe - photo offerte par X-ArtRomain et Sheryl, à côté de nous, prenaient aussi beaucoup de plaisir. Elle était assise sur lui alors qu’ils semblaient être dans un wagon de montagnes russes. Le matelas nous renvoyait les tremblements exécutés par la danse de Sheryl et Romain, ce qui m’émoustillait un peu plus.

Tristan me pénétrait de plus en plus vite cherchant toujours la profondeur. Des picotements me parcouraient le bas ventre alors qu’il accélérait encore le rythme en entendant mes faibles « Encore, encore.. ». J’étais dans la retenue sans pour autant vouloir bouder mon plaisir, et Tristan allait m’offrir mon second orgasme de la soirée..

Un éclair passa devant mes yeux, des spasmes secouèrent mon vagin alors que son membre imposant continuait de visiter ma grotte trempée. Des cris sortirent de ma bouche, alors que Tristan m’embrassait dans le cou, caressant mes seins de la main. Il ralentit le rythme, me permettant de souffler un instant, et de retrouver mes esprits.

En chuchotant, il m’indiqua vouloir me voir à quatre pattes devant lui, ainsi, je lui offrirais une vue sur mon magnifique fessier, me dit-il. J’étais encore sous l’emprise de l’orgasme qui m’avait secoué, mais je fis ce qu’il me demandait. Les deux mains sur mes fesses, il reprit le chemin ô combien humide de mon abricot et s’y engouffra à nouveau. Mon mari était toujours étendu sur le lit, Sheryl à califourchon sur lui. Je profitais de ma position pour lui déposer un baiser, nos langues se retrouvèrent avec plaisir. Sheryl et Tristan s’étaient eux-aussi rapprochés pour s’embrasser, ainsi, nos 4 corps étaient en parfaite osmose pour un quatuor de plaisir.

*Video:sexe à 4 – vidéo offerte par x-art

Sexe à 4 – Vidéo offerte par X-Art

Tristan accéléra la cadence, je sentais ses cuisses claquer contre mes fesses très rapidement, jusqu’à ce qu’un râle sorte de sa bouche alors qu’il tressaillait au moindre mouvement. Il venait de jouir en moi, ou plutôt dans le petit chapeau dont il s’était couvert.. Le souffle court, il me caressa les fesses le temps de récupérer.

Il me proposa une douche, ayant très chaud et ayant beaucoup transpiré suite à cette gymnastique, chose que j’acceptais volontiers. Nous laissâmes donc Romain et Sheryl sur le lit, alors que nous emportions nos affaires vers les douches. Tristan connaissait très bien l’établissement puisqu’il nous y dirigea sans douter du chemin.

Nous furent rejoins par Romain et Sheryl peu de temps après. Romain m’entoura de ses bras sous la douche, un sourire réjouit et les yeux pétillants. Je savais qu’il avait pris beaucoup de plaisir, et j’étais heureuse de cette soirée, qui, si j’en croyais mon instinct, était loin d’être terminée !

 

Le dîner 3 >>