A la recherche d’un travail 10 – Le dîner 3

<< Le dîner 2

Il me proposa une douche, ayant très chaud et ayant beaucoup transpiré suite à cette gymnastique, chose que j’acceptais volontiers. Nous laissâmes donc Romain et Sheryl sur le lit, alors que nous emportions nos affaires vers les douches. Tristan connaissait très bien l’établissement puisqu’il nous y dirigea sans douter du chemin.

Nous furent rejoins par Romain et Sheryl peu de temps après. Romain m’entoura de ses bras sous la douche, un sourire réjouit et les yeux pétillants. Je savais qu’il avait pris beaucoup de plaisir, et j’étais heureuse de cette soirée, qui, si j’en croyais mon instinct, était loin d’être terminée !

 

Nous retournâmes à notre table où nous attendaient un grand choix de dessert. Ce n’était qu’une bouchée de tarte au chocolat, une verrine de tiramisu aux framboises, un mini-crumble aux pommes, mais nous pouvions nous faire plaisir !

Comme si rien ne s’était passé, nous reprenions notre conversation, avec un peu plus d’entrain que tout à l’heure. Nous entendions faiblement la musique monter par l’escalier sur le palier, la soirée ayant commencé dans la partie club de l’établissement.

Romain promenait sa main sur ma cuisse, tendrement. Il se penchait vers moi, déposant un baiser sur mon épaule dénudée, ou dans mon cou. Il semblait plus amoureux que jamais, les yeux pétillants de malice, son air coquin que je découvrais me plaisait beaucoup.

J’avais pourtant craint cette soirée, avec le passif que nous avions en commun avec Tristan, cette fellation ce matin, les baisers échangés, les avances faites à demi-mot, j’étais bien loin d’imaginer que la journée se terminerait ainsi ! Je voulais cependant être totalement honnête avec mon mari, et je décidais que dès demain, je lui expliquerai la situation, et ce qu’il s’était passé. Je voulais que l’on profite de cette soirée jusqu’au bout, il serait bien temps d’en reparler demain..

Jolie femme brune - photo offerte par BabesNous avions terminé notre repas, et la conversation tournait autour de la relation de Sheryl et de Tristan. Sheryl expliquait à mon mari qu’elle venait régulièrement ici avec son compagnon et Tristan depuis que le restaurant avait ouvert ses portes.

Tristan reçut un appel téléphonique qui semblait urgent, puisqu’il se leva, s’excusant auprès de nous, et s’éloignait jusqu’au sas d’entrée du restaurant-club pour converser plus tranquillement. Je le voyais faire les cent pas tout en écoutant et parlant à son interlocuteur.

Pendant ce temps, Sheryl poursuivait la conversation avec Romain :

– Mon compagnon a rencontré Tristan environ un an après mon embauche, et nous étions déjà amants depuis plusieurs mois. Il connaissait la relation que nous entretenions, et il accepta un beau jour l’invitation de Tristan. Leur rencontre se fit dans un restaurant traditionnel, et nous passâmes une soirée délicieuse.. sage, mais délicieuse, nous dit-elle avec malice.

– Pas comme celle que nous passons alors, qui est délicieuse aussi, convenons-en, mais loin d’être sage ! répondit Romain en riant.

– Oh ! C’est vrai ! Mais avec Jenny, Tristan va beaucoup plus vite, pour tout.. Il l’apprécie vraiment, énormément !

Romain fronça légèrement les sourcils et je sentis sa main se crisper sur ma cuisse. Tristan était toujours en conversation et parcourait le mètre carré de l’entrée de long en large. Ma tête bougeait de gauche à droite lentement alors que j’essayais de capter le regard de Sheryl, pour qu’elle comprenne que Romain n’était pas au courant.. J’étais persuadée qu’elle savait que je n’avais rien dit à Romain, mais en y réfléchissant, je n’en avais parlé qu’à Tristan !

Elle poursuivait cependant, ne se rendant compte de rien..

– Alors qu’il aura fallu plusieurs mois pour que l’on flirte ensemble, avec Jenny, la séduction a commencé dès son entretien.. Et il n’aura fallu qu’une dizaine de jours pour que tu ne te joignes à nous !

J’avais pris la main de Romain dans la mienne, mais il me l’avait retirée presque aussitôt, son sourire avait disparu. Sheryl s’aperçut du changement dans l’attitude de mon mari car elle nous regarda tour à tour, et comprit que je faisais « non » de la tête.. Elle couvrit sa bouche de la main, comme si elle pouvait retiré ce qu’elle venait de dire.

Romain se tourna vers moi, et me regardant dans les yeux, me demanda de lui expliquer en quoi consistait cette séduction dont avait parlé Sheryl. Cette dernière voulut s’excuser :

– Je suis navrée Romain.. Jenny, je ne savais pas que..

Je rassurais ma collègue d’un pauvre sourire, et lui affirma que ce n’était rien :

– Je voulais lui en parler dès demain Sheryl, ne t’inquiètes pas.

Puis regardant mon mari à nouveau, je lui expliquais les conditions de mon embauche, les caresses..

Fellation d'une brune - photo offerte par Babes– Et ce matin, l’excitation était telle que j’ai fait une fellation à Tristan.. Nous nous sommes embrassés, il m’a caressée, il en avait envie.. Je ne peux pas dire que je ne le voulais pas non plus, il ne m’a pas forcé, je suis désolée Romain, je n’aurais pas dû, et surtout, il aurait fallu que je t’en parle, dès ce midi.. Excuse-moi, nous devions déjeuner ensemble pour parler de cela, mais je n’en ai pas eu le coeur.. Et ce soir, je voulais que l’on profite de notre soirée, nous avons passé un si bon moment jusque là, je t’en aurais parlé demain, sois en certain !

Un silence pesant entoura mes paroles. Sheryl n’osait plus rien dire et nous regardait tour à tour. Romain avait posé son regard sur son verre d’eau, avec lequel il jouait, un regard qui semblait perdu dans le vague.

– Tu aurais pu m’en parler, tu aurais dû m’en parler Jenny !

Sa voix était basse, son regard toujours fixé sur son verre. Je ne pouvais savoir s’il était réellement fâché, s’il m’en voulait beaucoup, ne voyant pas ses yeux, son visage, si il avait les traits tirés ou non.

– Je voulais t’en parler Romain, ce midi. Je craignais ta réaction, mais je voulais t’en parler.. Notre amour est intact, je te désire toujours autant. Je sais que tu peux comprendre, tu as baisé avec Sheryl ce soir, tu y as pris du plaisir, beaucoup de plaisir, je le sais, et pourtant tu m’aimes toujours. C’est pareil pour moi, ce matin, j’ai sucé Tristan, c’est vrai, et j’y ai pris du plaisir, mais cela ne change rien à notre relation à tous les deux !

Romain releva la tête vers Sheryl. Elle avait le visage décomposé, les yeux tristes. En arrière plan, je voyais toujours Tristan, le beau Tristan, son téléphone portable collé à l’oreille. Il semblait soucieux lui aussi..

Romain regarda Sheryl qui semblait réellement malheureuse et eut un petit sourire en coin. Il se tourna ensuite vers moi, et ses yeux eurent une lueur coquine :

– Tu n’as pas été sage ma chérie, pas sage du tout.. Je vais devoir te punir !

Son sourire s’élargissait un peu plus alors que Sheryl commençait à respirer de nouveau.

– Sheryl, je te remercie de m’avoir ainsi permis de connaître les petits travers de ma femme, sans toi, je n’aurais peut-être jamais été au courant.. Mais il va falloir que tu te fasses pardonner toi aussi, car tu aurais dû m’en parler plus tôt.. Vous allez venir avec moi, toutes les deux, Tristan semble de toute façon bien occupé pour le moment.

Il se levait déjà, alors que nous étions l’une et l’autre interloquée par sa réaction. Il ne nous laissa pas le temps de nous remettre qu’il écartait le fauteuil de Sheryl pour qu’elle se lève, puis il fit de même avec le mien. Il nous fit passer devant lui, posant une main sur chacune de nos fesses, et nous guida vers les coins câlins.

A l’entrée de la salle, un lit était vide, les rideaux étaient ouverts. Romain nous demanda de nous arrêter là et de nous asseoir en son centre.

– Jenny, tu n’as pas été sage du tout, tu vas recevoir ta punition.. Sheryl, tu vas m’aider à punir cette effrontée ! Commence donc par la déshabiller s’il te plait.. Je veux qu’elle soit nue, totalement nue et que tout le monde puisse la regarder.

Sheryl s’exécuta et commença à me déshabiller, m’enlevant ma robe, puis mon string. Sous ses douces mains, j’imaginais la punition très agréable. Elle attendait que Romain lui dise ce qu’elle devait faire de moi, n’osant prendre d’initiative.

J’étais terriblement excitée par ce revirement de situation, Romain n’ayant jamais été ainsi avec moi. J’étais soumise à lui, totalement, ainsi qu’à Sheryl qui était les mains de mon mari.. En prime, il ne m’en voulait pas pour ce qui était arrivé avec Tristan, au contraire, il semblait encore plus excité.. Je voyais un renflement au niveau de son pantalon qui indiquait bien son désir. J’espérais qu’il ferait tomber ses vêtements pour venir me punir lui aussi..

– Maintenant Sheryl, je voudrais que tu lui malaxes les seins, je veux voir ses tétons ressortir, que tu les pinces, que tu les mordes. Je veux entendre ses plaintes, ses gémissements.

Deux brunes se léchant les seins - photo offerte par BabesSheryl approcha ses deux mains de mes seins, les prenant à pleine main. Romain était toujours debout, juste à côté du lit, et nous regardait un sourire un coin. Pendant ce temps, Sheryl s’occupait de ma poitrine, frôlant mes tétons de la paume de ses mains, puis les pinçant entre son index et son pouce. La douleur était mêlée au plaisir, sensation difficile à décrire pour ceux qui n’ont pas connu cela.. Elle pinçait plus fort encore, m’arrachant mon premier cri que je tentais pourtant de retenir. Elle approcha sa bouche de mon sein, sa langue frôla d’abord mon téton devenu hyper sensible par le traitement qu’elle m’avait offert à l’instant, puis elle le prit en bouche, l’aspira, le suça, pour finir par le mordre. Je criais plus fort cette fois-ci, ne pouvant étouffer cette plainte de plaisir et de douleur.. Je voyais Romain, à travers mes yeux mi-clos, qui prenait du plaisir à nous regarder, il s’était d’ailleurs assis sur l’une des banquettes entourant le lit, et profitait du spectacle.

– Jenny, tu es une effrontée ! Tu vas devoir te faire pardonner pour ce que tu as fait.. Allonge toi sur le dos et écarte les jambes !
Sheryl, ma belle, j’aimerais que tu enlèves ton string.. Viens, je vais t’aider, dit-il d’une voix faussement plus douce.

Il jouait avec moi, avec nous, son désir montait, je le sentais ! Je découvrais une nouvelle facette de mon mari, et j’aimais ce que je découvrais !

Sheryl s’avança vers lui, il posa ses mains délicatement sur ses fesses, et lui ôta son triangle de tissu. Puis, l’accompagnant d’une main sur ses fesses, il la dirigea à nouveau vers moi..

 

La fin de soirée >>

Avec mots-clefs , , , , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

2 réactions à A la recherche d’un travail 10 – Le dîner 3

  1. Pingback:A la recherche d’un travail 9 – Le dîner 2 - Jolie coquine

  2. Pingback:A la recherche d’un emploi 11 – La fin de soirée - Jolie coquine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>