A la recherche d’un emploi 12 – Jalousie.. ?

<< La fin de soirée 

Je ne pouvais que sourire et acquiescer lorsque Romain affirma qu’il n’oublierait pas cette soirée de sitôt, que nous avions passé des moments fort agréables.. Ainsi, Tristan m’embrassa sur les deux joues tout en glissant une main dans mon dos, me caressant du revers de la main.

Romain, quant à lui, embrassa Sheryl sur la bouche, en lui murmurant qu’il espérait la revoir, puis, d’une voix plus forte et serrant la main de Tristan, il réitéra l’espoir de le revoir.. C’est ainsi que nous quittâmes cet établissement, ravis, repus, main dans la main…

 

Les jours suivants furent un véritable bonheur dans notre couple. Romain était fougueux, attentionné, il n’hésitait plus à venir me caresser la croupe lorsque je préparais à manger..

Un soir notamment, notre fils jouait dans sa chambre, et je préparais notre repas dans la cuisine. Les mains dans la vaisselle, je lavais les biberons du petit alors que le plat terminait sa cuisson au four. Romain s’est approché de moi, ses mains se sont posées sur mes flancs qu’il se mit à pétrir avec entrain. Sa main s’était glissée dans mon pantalon, franchissant les barrières de dentelle de ma culotte, pour se frayer un chemin vers mes lèvres dégoulinantes de mouille. Il frottait son sexe au travers de son jeans contre mes fesses, tout en caressant mon mont de vénus.

D’un geste assuré, il baissa mon pantalon et ma culotte à hauteur de mes genoux, ouvrit son ceinturon et les boutons de son jeans pour libérer son sexe en érection. M’appuyant légèrement sur le haut du dos pour que je me penche en avant, il glissa son membre dur entre mes jambes, et sans autre forme de procès, força l’entrée de ma grotte. Il y parvint sans entrave, glissant en moi tel un tronc d’arbre se mouvant dans une rivière, tellement l’excitation me rendait humide.


Vidéo offerte par Babes

Ses mains s'étaient glissées sous mon chemisier et posées sur mes seins, les malaxaient sans ménagement, et en quelques coups de reins, sa jouissance fut fulgurante. Je retenais mes cris pour que notre fils ne se doute de rien, seulement, ma lèvre inférieure en fit les frais et fut sensible pendant quelques temps...

 

La fin de semaine fut marquée par la visite de Romain à nos bureaux. Il passa peu avant midi, ayant pu se libérer un peu plus tôt pour m'emmener déjeuner en amoureux. Il resta un moment dans le bureau de Tristan, certainement à plaisanter et discuter entre hommes. De même, il s'était arrêté, m'a-t-il dit, à l'accueil pour échanger quelques mots avec Sheryl. Ce déjeuner fut un régal, la flamme entre nous était plus forte que jamais, et je crois que cette expérience de l'autre soir nous permis de raviver le feu de notre amour..

Durant le déjeuner, nous parlâmes de tout et de rien, de cette soirée particulière, de nos ressentis. Je lui avais mon envie de retourner dans ce restaurant, avec peut-être le secret espoir de revoir ce couple que nous avions observé un moment, et avec qui j'avais dansé en fin de soirée entravée entre Tristan et cet homme. Romain m'avoua lui-même qu'il avait aimé jouer "les voyeurs" mais aussi s'exhiber devant ces inconnus. Il avait aimé aussi notre petit jeu de jalousie..

- Nous allons prévoir un dîner dans ce restaurant prochainement si tu le souhaites ma chérie.. Voudras-tu que Tristan et Sheryl se joignent à nous ?

- Humm.. Je te laisse décider.. j'aime beaucoup l'idée qu'ils puissent être là, que l'on puisse passer une agréable soirée en leur compagnie, mais n'est-ce pas se fermer la porte à une expérience avec un autre couple ?

- Ecoute, le mieux serait donc d'en parler avec Tristan qui connait plutôt bien le milieu libertin, et avec qui, finalement, je n'ai pas de tabou.. Je lui en parlerai dès que j'en aurai l'occasion.. Cela te convient-il ?

J'acquiesçais bien entendu, même si la situation me semblait un peu suréaliste étant donné que mon mari allait demander des conseils sur le partagisme à mon patron.. Cela me fit sourire et j'expliquais pourquoi à mon mari qui sourit à son tour..

- Nous vivons une expérience inédite, mais tellement excitante.. Offrons-nous ces moments de plaisir, sans nous poser trop de questions.. Je t'aime Jenny..

Notre week-end ne nous laissa guère de moments de répit, la soeur de Romain fêtant son anniversaire, une dizaine qui plus est, qui s'étala du samedi après-midi pour les préparations de la fête au dimanche soir où nous finissions les restes du repas commandé auprès du traiteur. La famille était réunie au complet, les amis étaient venus en nombre, et la fête avait durée jusqu'au petit matin.. Autant dire que lundi matin, lorsque j'arrivais au travail, je n'étais pas en très grande forme.

Je me mis pourtant très vite au travail, préparant la réunion hebdomadaire de l'après-midi, terminant de classer les dossiers qu'il nous fallait voir et aborder lors de cette réunion.

Je ne vis Tristan de la matinée que lorsque je lui apportais un café en arrivant et en lui souhaitant le bonjour. Nous avions adopté les deux bises sur chaque joue pour nous saluer, tout comme je le faisais avec Jenny et les quelques autres collaborateurs travaillant dans nos locaux.

Tristan me demanda de vérifier que la salle de réunion était en ordre pour cet après-midi et d'installer un coin buffet pour les pâtisseries qu'il avait faites faire pour l'occasion. Une fois par mois, m'expliqua-t-il, la réunion était un peu moins formelle où un buffet sucré agrémenté de boissons chaudes et froides était présenté. Nos directeurs se sentaient ainsi un peu plus détendus, et se confiaient parfois plus facilement. Tristan aimait jouer avec les émotions de chacun, et ce fut une nouvelle preuve de sa réflexion sur les ressentis de l'humain.

La matinée passa très vite, je ne sentais pas la fatigue du week-end et cela me convenait parfaitement. Le midi, je profitais du canapé de mon bureau pour m'allonger un petit quart d'heure. Je savais très bien que cela m'aiderait pour "l'épreuve du feu" de cet après-midi..

J'eu la grande joie d'être réveillée par de doux baisers sur mon visage. Les yeux encore mi-clos, le parfum de mon mari se mêlait à son souffle légèrement épicé.. Je souris tout en gardant les yeux à demi-fermé, profitant de ce moment entre sommeil et réveil..

Je sentais en prime les effluves du café qu'il m'avait apporté et posé sur la table basse.. Je l'entourais de mes bras, et lui déposais un baiser sur les lèvres.

- Bonjour mon chéri, murmurais-je. Quel plaisir que d'être réveillé par ce traitement..

Il ne dit mot, mais me serra un peu plus fort dans ses bras. Je me sentais bien, j'aurai aimé que ce moment ne s'arrête jamais. Ma tête enfouie dans son cou, mes lèvres posées sur sa peau, son souffle dans mes cheveux, je fermais de nouveau les yeux pour capturer cet instant. Mais Romain se dégagea doucement, et me proposa le café qu'il m'avait apporté.

Baiser entre un homme et une femme - photo offerte par Babes- Merci mon chéri ! Mmmm un doux réveil comme je les aime, et avec un café en prime.. Mais au fait, que fais-tu là ? Tu travaillais dans le coin ? Ca tombe assez mal car j'ai cette réunion cet après-midi, elle est très importante, et je dois me préparer...

Je commençais à angoisser, et me relevais très vite. Romain me retint et me fit me rasseoir.

- Chérie, commence par boire ton café. Ta réunion ne commence pas avant une dizaine de minutes, et je suis presque sur que tu as déjà tout prévu ce matin.. Je me trompe ?

- Non, non, tu as raison.. comme toujours ! C'est que.. Tristan compte sur moi, je ne voudrais  pas le décevoir ! Mais tu ne m'as pas répondu, tu travaillais par ici ?

- Ohh j'avais simplement envie de venir t'embrasser, et lorsque j'ai vu que tu dormais, je suis allé dire bonjour à Tristan et Sheryl.. puis je suis revenu avec un café, voilà toute l'histoire..

- Merci mon amour pour ce réveil plein de douceur.. Maintenant, il faut que je réunisse mes dossiers et que j'y aille. Je suis désolée que tu sois venu alors que j'ai si peu de temps à t'accorder..

Romain se levait déjà en souriant.

- Ne t'inquiètes pas, file à ta réunion et concentre toi dessus. Nous nous verrons ce soir.. Je pense à toi chérie, bon après-midi..

Il m'embrassa puis quitta mon bureau. Je finissais mon café tout en préparant la pile de dossiers qu'il me fallait emmener en salle de réunion. Alors que je m'y rendais, je vis Romain en discussion avec Sheryl à l'accueil. Je leur souris et filais rejoindre la grande salle encore vide. Le buffet était disposé, tout était en ordre.

Tristan arriva bientôt et m'adressa un sourire. Il devait sentir que j'étais un peu nerveuse, et me chuchota de me détendre, que tout se passerait bien..

Chaque directeur fit son entrée et quelques minutes plus tard, tout le monde était en place sauf.. Sheryl.. Elle manquait à l'appel, mais aucun fauteuil n'était vide, j'imagine donc que Tristan ne la conviait plus à cette réunion.. J'étais donc seule pour tenir mon rôle, sans filet..

L'absence de Sheryl me tracassait quelque peu, et m'angoissait aussi, mais je ne devais pas le montrer et devais me concentrer sur ce qu'il se disait. Au final, la réunion dura plus de deux heures, mais dans la bonne humeur, chacun étant détendu. Je réussis sans peine, il me semble, à tenir mon rôle, et mon compte-rendu ne serait pas bien difficile à rédiger.. La réunion se termina autour du buffet, et je pus faire plus ample connaissance avec nos différents directeurs.

Le directeur e-commerce notamment m'accapara pendant un certain temps, rapidement rejoint par son collègue des boutiques physiques. Le premier était un homme d'une quarantaine d'année, les cheveux blonds parsemés d'un peu de grisaille qui lui allait à merveille, des yeux verts que l'on voyait au travers de ses petites lunettes, un oval parfait où rien ne dénotait. Sa carrure laissait penser qu'il était sportif, la taille fine et les muscles de ses bras ressortant sans être saillant. Il était attirant, et je restais pendue à ses lèvres.

Son collègue, d'un tout autre genre, n'était pas moins dénué de charme. Un peu plus âgé, peut-être une petite cinquantaine, les cheveux réellement poivre-et-sel, il était plus grand, plus carré aussi. Un léger embonpoint marquait sa taille sans être dérangeant. Il avait une prestance, un charisme important, mais chacun de ses gestes étaient sensuel, presque tendre, comme lorsqu'il me tendait un gobelet de café ou qu'il me souriait en me parlant de ses équipes.

Je ne vis pas l'heure passer, et bientôt Tristan renvoya avec politesse tout ce petit monde à leurs occupations. Il m'accompagna ensuite à mon bureau et passa la tête par la petite porte de communication vers son bureau, qu'il referma presque aussitôt. Son attitude m'intriguait mais je n'osais lui poser des questions.

La journée avait été longue, et je commençais à ressentir la fatigue. Tristan me guida vers le canapé où nous nous assîmes côte à côte. Il commença le debrieffing de la réunion, me parla plus en détail de ses directeurs, me demandant mes impressions sur ceux avec qui j'avais passé le plus de temps : Olivier, le directeur e-commerce, et Sylvain, le directeur des boutiques physiques..

Mais j'avais l'impression qu'il cherchait à gagner du temps.. Cependant, il était mon patron, et je me devais de respecter ce moment de "travail".  Alors que la conversation se poursuivait, on frappa à la porte de mon bureau, et mon mari nous rejoignit. J'étais à nouveau surprise qu'il soit là, mais ne dis rien devant Tristan.

Ce dernier se leva aussitôt, cédant sa place à Romain. Il nous quitta en passant par la petite porte menant à son bureau, non sans m'avoir fait la bise et avoir serré la main de mon mari en nous souhaitant une bonne soirée. Je ne comprenais pas, il nous avait quitté si vite, alors qu'il aurait pu (dû ?) parler un moment avec nous.. Et que faisait mon mari ici, dans mon bureau, quelques heures seulement (trois heures tout au plus !) après m'avoir levé de mon canapé..

Romain s'assit près de moi, il me prit la main et la caressa distraitement. Peut-être attendait-il mes questions, à moins qu'il ne soit en train de rêvasser ? J'avais une idée en tête, et ce que j'entrevoyais ne me plaisait pas forcément..

- Tu n'as pas travaillé cet après-midi Romain, n'est-ce pas ? lui demandais-je le regardant dans les yeux.

Il gardait les yeux rivés sur nos mains enlacées, il ne semblait pas m'entendre, un peu comme si il était ailleurs.. Je pressais sa main comme pour le presser de me répondre, mais je craignais aussi ce qu'il allait me dire.

- Dis-moi Romain, comment se fait-il que tu sois encore là, trois heures seulement après m'avoir réveillé ? Pourquoi ne dis-tu rien ? Que se passe-t-il Romain ?

Il releva les yeux vers moi, mon ton était légèrement monté dans les aigus, j'étais exaspérée par son silence, je voulais savoir maintenant !!

- Ma chérie, je ne veux rien te cacher.. Je n'ai pas bougé d'ici effectivement, tu as raison.. J'avais pris mon après-midi, pour rester là..

Je répétais bêtement : "Pour rester là..

Mais pourquoi rester ici alors que j'étais en réunion ?"

Je ne voulais pas l'entendre, je ne voulais pas comprendre.. Il ne pouvait pas m'avoir fait cela, ils avaient tout combiné, ils m'avaient tous menti !

- Jenny, je voulais passer un moment avec Sheryl.. Tristan nous a laissé son bureau.. Je suis désolé, j'aurai dû t'en parler..

- Oui, tu aurais dû ! Tu aurais dû me faire confiance, m'en parler, me demander peut-être.. Tu as fait ça sous mon nez, tu avais tout prévu, Sheryl n'était pas à la réunion et pour cause, elle était avec toi.. Je comprends mieux, je comprends tout.. Et Tristan, il te laisse, il vous laisse quartier libre !

J'étais en colère, j'étais au bord des larmes, j'étais blessée qu'il m'ait menti, qu'il n'ait pas cru assez en moi et en mon amour pour m'en parler. Je retirais ma main de la sienne, il essaya de me retenir, mais d'un pas décidé, j'attrapais mon sac sur mon bureau puis, partant en sens inverse, je quittais mon bureau sans rien dire de plus.. Il me fallait réfléchir, il me fallait digérer tout cela.. Romain, pourquoi n'as-tu pas eu confiance en moi ?

 

Et repentir... >>

Avec mots-clefs , , , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

Une réaction à A la recherche d’un emploi 12 – Jalousie.. ?

  1. Pingback:A la recherche d’un emploi 13 – ..et repentir.. - Jolie coquine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>